يُريِدُونَ لِيُطۡفِٔــُٔو نُورَ اؐللهِ بِأَفۡـوَٰهِهِمۡ وَ اؐللهُ مُتِمُّ نُورِهِ ۧ وِلَوۡ كَرِهَ اؐلكـٰفِـرُونَ • • • هُوَ اؐلَّذِىۤ أَرۡسَلَ رَسُولَهُ ۥ بِاؐلۡهُدَىٰ وَ دِينِ اؐلۡحَقِّ لِيُظۡهِرَهُ ۥ عَلَى اؐلدِّينِ كُـلِّهِ ۦ وَ لَوۡكَرِهَ اؐلۡمُشۡرِكُونَ

Les interdits

arabesque

Les pêchés à ne pas commettre

arabesque

 Selon l'Iman Al-Dahabi qui eu comme professeur Ibn Taymiya, 'Omar Ibn AlQawâs, 'Abdoulkhâliq Ibn 'Alwân et autres, a établie une liste de 70 pêchés.

1- Le polythéisme : le plus grave,

2- Le meurtre,

3- La magie,

4- La négligence de la prière,

5- Le refus de s'acquitter de la zakat,

6- La rupture du jeûne, lors du mois de Ramadan, sans excuse valable (maladie, voyage),

7- La négligence du pèlerinage alors qu'on est matériellement en mesure de le faire,

8- L'ingratitude envers son père ou sa mère,

9- Le refus d'aider des parents proches dans le besoin,

10- L'adultère,

11- L'homosexualité,

12- L'usure,

13- L'oppression d'un orphelin, et le détournement de ses biens,

14- L'invention de mensonges sur Dieu et son messager,

15- La fuite du combat lors de la guerre sainte,

16- Le gouvernement injuste, qui ne suit pas les prescriptions de l'Islam,

17- L'orgueil, la magnificence,

18- Le faux témoignage,

19- La consommation de boissons alcoolisées, la toxicomanie en général (haschich compris),

20- Le jeux de hasard,

21- La calomnie des femmes mariées,

22- La fraude, devant le trésor public ou avec les biens des aumônes,

23- Le vol,

24- Le banditisme de grand chemin, le gangstérisme,

25- Le faux serment,

26- L'injustice en général, le fait de ne pas suivre la charia (les lois de l'islam),

27- La dîme, pratique anté-islamique de ceux qui prélevaient un dixième du montant des marchandises (sur une marchandise, droit de passage, toutes formes de rackets, bakchichs douane ou police),

28- L'acquisition de biens par des moyens illicites : faux serment, vol, escroquerie, jeu de hasard,

29- Le suicide,

30- Le mensonge,

31- Le jugement non conforme aux révélations d'Allah,

32- Le pot-de-vin,

33- L'imitation des femmes par des hommes, et réciproquement, le travestisme et, a fortiori, le transsexualisme,

34- Le proxénétisme,

35- Le mariage blanc, mariage de pure convention conclu par intérêt,

36- La souillure, en particulier par l'urine,

37- L'hypocrisie, en particulier la simulation de la foi,

38- La dissimulation de la révélation divine, ou la manipulation des textes révélés, par des gens du Livre,

39- La trahison,

40- Le reproche joint à l'aumône,

41- La négation du destin décidé par Allah azawajalb, " l'existentialisme",

42- L'espionnage de personnes privées, l'indiscrétion,

43- La calomnie, la diffamation,

44- La malédiction,

45- La perfidie,

46- La croyance aux devins, aux astrologues, aux cartomanciennes,

47- L'insubordination de la femme, si le mari est juste,

48- Les représentations figurées, les idoles, les sculptures,

49- L'affliction exagérée et non sincère lors d'un décès (référence aux " pleureuses " anté-islamiques),

50- L'iniquité, la rébellion sans justification,

51- L'oppression (et mauvais traitements) des faibles : esclaves, pauvres, femmes, concubines, orphelins et aussi aux animaux,

52- La méchanceté envers son voisin,

53- L'offense et la calomnie des musulmans,

54- L'empiètement sur le droits des pauvres,

55- L'arrogance, aussi bien dans le port de riche vêtement que dans la démarche,

56- Le port, par l'hommes, de vêtements en soie et de bijoux en or,

57- La fuite pour un esclave, si le maître est juste,

58- Le sacrifice adressé à un autre qu'Allahazawajalb,

59- Le reniement de son père, en particulier par l'adoption d'un autre nom,

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

band deco

Que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Ton serviteur et Messager, notre Prophète Mohammed saws, qu’Allah azawajalb soit satisfait de ses successeurs (califes) bien dirigés, les imams bien guidés : Abou Bakr, 'Omar, 'Outhman et Ali radi allahu anhum et tous les autres compagnons  et ceux qui les ont succédés et ceux qui ont succédé à ceux-là sur le même chemin jusqu’au jour de la résurrection.

Je demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

La méchanceté envers son voisin

Il ne fait pas partie de notre famille, mais pourtant il est proche de nous. Nous vivons près de lui, nous le côtoyons au quotidien, et entretenons une relation particulière avec lui. Le voisin, personne très importante en Islam, est doté de nombreux mérites que nous ignorons malheureusement. C’est ainsi que nous évoquerons l’importance et les droits du voisin dans notre belle religion.

Le voisin a des droits et ne doit être lésé en aucun cas. Nous devons veiller à prendre soin de nos voisins tant que faire se peut.

Jibril alaihisalam a tellement insisté sur les droits du voisin que le Messager d’Allah saws pensait qu’il allait en faire un héritier. En effet, ‘Aicha radi allahu anha1 a rapporté que le Prophète saws a dit : "Jibril ne cesse de me recommander d’être bienveillant envers le voisin au point où j’ai cru qu’il allait faire de lui un des successeurs". (Rapporté par Boukhari). Ce hadith en dit long sur l’importance du voisin.

Comment le voisin aurait pu être un des héritiers sachant qu’il n’a aucun lien de parenté avec nous ? Cela prouve la grande importance du voisin. Il n’a pas été désigné comme successeur mais si le Prophète saws pensait qu’il aurait pu le devenir, cela souligne sa grande valeur.

Il est à noter qu’y a trois sortes de voisins :

• Le voisin proche et musulman. Ce dernier a trois droits : Le droit du voisinage, Le droit du lien de parenté, Le droit du musulman.

• Le voisin musulman. Celui-ci a deux droits : Le droit du voisinage et Le droit du musulman.

• Le voisin non musulman : il n’a un droit : Le droit du voisinage Nous en avons pour preuve l’exemple d’Abdullah ibn Amr On égorgea une brebis chez lui. Quand il revint, il dit : "Avez-vous offert une part à notre voisin juif ?".

Le Messager d’Allâh saws a dit : "Celui qui croit en Allâh et au jour dernier, qu’il agisse en bienfaisance envers son voisin." (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Le Messager d’Allah saws a dit : "Par Allah, il n’est pas un vrai croyant. Par Allah, il n’est pas un vrai croyant. Par Allah, il n’est pas un vrai croyant." On lui demanda : "Qui est-ce qui n’est pas un vrai croyant ?". Il répondit : "Il est celui qui n’épargne pas son voisin de ses méfaits". (Rapporté par Boukhari)

Abou Hourayra radi allahu anhu a rapporté que l’Envoyé d’Allah saws a dit : "Que celui qui croit en Allah et au Jour Dernier, ne nuise pas à son voisin. Que celui qui croit en Allah et au Jour Dernier honore son hôte. Que celui qui croit en Allah et au Jour Dernier dise du bien ou qu’il se taise". (Rapporté par Boukhari)

Un jour alors qu’un mouton a été tué chez Ibn Omar radi allahu anhu, ce dernier demanda à deux reprises : "Avez-vous offert une part à notre voisin juif ? Avez-vous offert une part à notre voisin juif? ". Le Messager d’Allahsaws tout comme ses compagnons et ses épouses, par la suite étaient généreux avec ses voisins, qu’ils soient musulmans, juifs ou incroyants. Qu’en est-il de nous ? Offrons-nous des cadeaux à notre voisin ? Partageons-nous notre nourriture avec lui ? Même si nous n’avons pas tous les moyens financiers d’offrir des cadeaux de grande valeur, il est commun de dire que "c’est l’intention qui compte". Pensons qu’auprès d’Allah azawajalb, l’intention est fondamentale car "chaque acte sera rétribué selon son intention." (Rapporté par Boukhari)

Abou Hourayra radi allahu anhu a rapporté que l’Envoyé d’Allah saws a dit : "Les droits du Musulman sur un autre musulman sont au nombre de six : Si tu le rencontres, salue-le. S’il t’invite, réponds à l’invitation. S’il te demande conseil, conseille-le. S’il éternue et qu’il dit gloire à Allah, réponds-lui : " Qu’Allah t’accorde sa miséricorde. S’il est malade, visite-le S’il meurt, fais partie de son cortège funèbre." (Rapporté par Mouslim)

Allah azawajalb dit : "Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers vos (père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le voisin proche, le voisin éloigné, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession, car Allah n’aime pas, en vérité, le présomptueux, l’arrogant." (Coran 4/36).

Le tort fait au voisin est incompatible avec la foi, car le Prophète saws dit : "Par Allah, il ne croit pas ! Par Allah, il ne croit pas ! Par Allah, il ne croit pas !" "Et qui donc, Ô Messager d’Allah, lui demanda-t-on, ne croit pas ?" Il répondit : "Celui dont le voisin n’est pas à l’abri de la méchanceté et des maux." (Rapporté par Boukhari)

Le Prophètesaws a dit : "Quand tu prépares un plat en sauce, alors fais en sorte qu’il ait beaucoup de sauce puis tiens compte des familles avoisinantes en leur en offrant avec bienfaisance."  (Rapporté par Mouslim)

Il est toujours recommande d’agir en bien avec ton voisincrains Allah azawajalbrespecte les droits de ton voisin, évite les paroles et les actes qui lui font du tort, ne l’interroge pas à propos de ce qui ne te concerne pas, ne recherche pas ses défauts, ne regarde pas ce qu’il a dissimulé de ton regard, ne cherche pas à entendre des paroles qu’il a dissimulées de toi, baisse ton regard pour ne pas regarder les femmes qui sont chez lui, partage avec lui ta nourriture et ta boisson, rends lui visite lorsqu’il tombe malade, accompagne-le quand il est porté pour être enterré. Soutiens-le lors de ses épreuves, agis avec lui tout comme tu souhaites que ton voisin agisses envers toi et patientes face à sa nuisance. Aide-le s’il demande ton aide, prête-lui s’il veut emprunter, guide-le vers ce qu’il ignore des sujets de sa religion.

Wa Allâhou A’lam 
Allahazawajalbest le plus savant


Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

L'offense et la calomnie des musulmans

Par sa nature l’être humain est faible et a toujours été tenté de parler sur autrui, de multiplier les paroles vaines ou de rapporter des rumeurs sans en vérifier le fondement grace à "on dit" et aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, la désinformation et les soit disant informations inutiles ou médisantes circulent et se propagent rapidement. Bien très souvent cela amène à la sournoiserie, à la polémique, à des disputes, bagarres, mais aussi également à la plaisanterie excessive non respectueuse qui tourne à la moquerie, qui consiste à dénigrer son prochain.

Abou Hourayra radi allahu anhu rapporte que que le Prophète saws a demandé à des gens : "Savez-vous ce qui est la médisance ?" Ils lui dirent : "Allah et son messager le savent mieux." – "C’est dire de ton frère ce qui ne lui plaît pas. "On lui demanda : "Et si ce que je dis de lui était vrai ?" – "S’il est comme vous dites, vous avez commis une médisance à son égard. S’il n’est pas comme vous dites, vous l’avez calomnié." (Rapporté par Mouslim, Abou Dawoud et Tirmidhi)

Ibn 'Abbas radi allahu anhu rapporte : Le Prophète saws passa devant deux tombes et dit : "Ces deux hommes subissent des tourments et cependant, pas pour grand-chose, ou plutôt si, pour quelque chose de grave : le premier colportait des calomnies, quant au second, il ne se cachait pas quand il urinait."

Allah azawajalbdit : "… Et ne médisez pas les uns des autres. L’un de vous aimerait-il manger la chair de son frère mort ? (non) vous en auriez horreur. Et craignez Allah … } (Coran 49/12)

Les paroles sont nombreuses qui mettent en garde contre les péchés de la langue ou de l'écrit. Il est primordial d’ainsi garder en tête la colère qu’Allah azawajalb ressent contre celui de Ses serviteurs qui insulte un autre serviteur ou médit de lui. Une parole mauvaise, même si elle ne comporte que la vérité, a le pouvoir de polluer l’eau de la mer et ce qu'il y vie.

Le Prophète saws a dit : "Celui qui croit en Dieu et au jour dernier, qu’il dise du bien ou qu’il garde le silence." (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Le musulman qui se met à parler lorsque ce n’est pas nécessaire et qu’il fréquente ces gens qui parlent inutilement, ils passent :

- de la vérité au mensonge
- de la fiabilité à la tromperie
- du respect à l’indécence
- du pardon à la vengeance,
- du fait de se désengager et de se désavouer des paroles futiles à la complaisance
- de se tenir droit dans la vérité, d’être neutre  pour passer au témoignage en faveur de quelqu’un uniquement parce qu’il y a une affection envers la personne.
- du silence, l’une des plus grandes vertus que Allah azawajalb a offert  aux musulmans pour passer à la parole dans le but de se faire montrer, se faire remarquer ou parfois même par jalousie.

Un des dangers de parler vainement est de finir par devenir colérique et âpre à détruire le cœur de son frère, qui va fissurer l’affection et la fraternité qui était sensé être le ciment qui relie nos cœurs par l’Islam.

Allah azawajalb  dit : "Ô vous qui avez cru ! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe : ceux-ci sont peu-être meilleur qu'eux et que des femmes ne se raillent pas d’autre femme : celle ci sont peut-être meilleures qu'elles. Ne vous dénigrer pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que "perversion" lorsqu’on a déjà la foi. Et quiconque ne se repend pas... Cela sont parmi les injuste " (Coran 49/11)

Allah azawajalb dit : "… ils vous lacèrent avec des langues affilées, alors qu’ils sont chiches à faire le bien. Ceux-là n’ont jamais cru. Allah donc, rend vaines leurs actions. Et cela est facile à Allah." (Coran 33/19)

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

 L'empiètement sur le droits des pauvres

La Zakat est un pilier fondamental de l’Islam. Elle est le troisième pilier de l’islam, la mécréance de celui qui renie son caractère obligatoire et le combat contre celui qui refuse de la donner.

Abd Allah Ibn ‘Omar radi allahu anhu, a rapporté que le Prophète saws a dit : "On m'a ordonné de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils attestent que nul n’est digne d’être adoré en dehors d’Allah et que Mohammed est le Messager d’Allah, qu’ils observent la prière et s’acquittent de la Zakât. S’ils le font, ils auront assuré contre moi leur sang et leurs biens, et leur jugement incombera ensuite à Allah … " (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Les riches qui refusent de s’acquitter de la Zakât doivent être contraints à la donner et si le gouverneur doit les combattre jusqu’à ce qu’ils s’en acquittent comme l'a fait Abû Bakr radi allahu anhu,  avec ceux qui refusaient de la payer.

Abou Hourayra radi allahu anhu rapporte : "Le Prophète mourut, Abou Bakr radi allahu anhu lui succéda et certains Arabes renièrent l'islam. 'Omar demanda alors (à ce dernier) : "Vas-tu combattre ces gens alors que le Prophète saws a dit : "On m'a ordonné de combattre les gens jusqu'à ce qu'ils attestent qu'il n'est de dieu que Dieu et que Mohammad est l'Envoyé de Dieu. Quiconque prononcera cette attestation préservera alors de moi sa vie et ses biens, excepté dans le cas ou il est coupable au regard de l'islam, et Dieu le jugera en dernier ressort" ? " Abu Bakr radi allahu anhu répondit : "Par Dieu, je combattrai quiconque établit une distinction entre la salat et la zakat, car la zakat est un dû sur les biens. Par Dieu, s'ils me refusaient un seul bout de corde qu'ils apportaient au Prophète, je les combattrais pour me l'avoir refusé ! " 'Omar radi allahu anhu dit alors : "Par Dieu, je compris alors sans le moindre doute que c'était Dieu qui avait disposé Abu Bakr au combat et je sus alors qu'il avait raison. " (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

La Sunna, incite constamment le Croyant à faire la charité. Rappelons en effet, que le Coran contient près de deux cents versets encourageant l’aumône et blâmant l’avarice.

Le Prophète saws priait ainsi Allah azawajalb : "Ô Allah, je cherche Ta protection contre le mal lié à l'épreuve de la richesse et contre le mal lié à l'épreuve de la pauvreté" (Rapporté par Boukhârî et Mouslim)

Le Prophète saws a dit : "L’islam est bâti sur cinq : l’attestation qu’il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah et que Mohammed est le Messager d’Allah, l’accomplissement de la prière, l’acquittement le la Zakât, le pèlerinage à la Maison sacrée et le jeûne du mois de Ramadan." (Rapporté par Boukhârî et Mouslim)

Alî Ibn Abî Tâlib radi allahu anhudisait : "Allah azawajalb a ordonné aux riches de subvenir aux besoins des pauvres. La présence d’affamés, de nus ou d’indigents au sein de la communauté musulmane est une preuve de l’avarice des riches. Allah azawajalb les jugera au Jour Dernier et leur fera subir un châtiment douloureux".

Ainsi, aux Musulmans riches incombe le devoir de secourir et d’assister leurs frères pauvres et nécessiteux. S’ils manquent à cette tâche, ils se rendent coupables. Il ne convient pas aux Musulmans de méconnaître les versets incitant à faire l’aumône, ni ceux réservant le châtiment à l’avarice.

Allah azawajalb dit : "Donne au proche parent son dû, ainsi qu’au pauvre et au voyageur en détresse. Cela est meilleur pour ceux qui recherchent la face d'Allah (Sa satisfaction); et ce sont eux qui reussissent." (Coran 30/38)

C’est pourquoi la "zakât" (l'aumône légale obligatoire) est l’un des piliers principaux de l’Islam et une obligation pour tout musulman dont la fortune atteint le seuil imposable au terme de la période requise (annuelle).

Allah azawajalb dit : "Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la Salât et d’acquitter la Zakât. Et voilà la religion de droiture." (Coran 98/5)

Le taux de la zakât correspond à 2,5 % du capital ; elle est prélevée chez les riches et redistribuée aux pauvres, aux indigents et aux nécessiteux conformément à l’ordre d’Allah azawajalb qui a Lui-même déterminé ses bénéficiaires en ces termes :

Allah azawajalb dit : "Les Sadaqats ne sont destinés que pour les pauvres, les indigents, ceux qui travaillent, ceux dont les cœurs sont à gagner (à l'Islam), l’affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d'Allah, et pour le voyageur (en détrésse). C'est un décret d'Allah ! Et Allah est Omniscient et Sage." (Coran 9/60)

S'est pour cela que, quiconque conteste la légalité de la Zakât est un apostat, et celui qui refuse ouvertement de s’en acquitter est combattu jusqu’à ce qu’il s’en acquitte, car refuser de payer la Zakât, c’est priver les ayants droit pauvres et indigents de leur dû. À travers la prescription de la Zakât, l’Islam vise à éradiquer la pauvreté de la société et à combattre les méfaits qui en découlent comme le vol, le meurtre et les agressions. Elle vise aussi à promouvoir la solidarité entre les musulmans. Elle élève l’âme du riche et la purifie de l’égoïsme, de l’avarice, et de la cupidité, tout comme elle purifie son cœur de l’amour de la vie présente et de ses plaisirs effrénés ; autrement, il oublierait ses frères pauvres et indigents.

Allah azawajalb dit : "... Et quiconque à été protégé contre sa propre avidité... ceux-là sont ceux qui réussissent". (Coran 64/16)

Allah met en garde quiconque refuse de s’acquitter de cette obligation en ces termes : "Que ceux qui gardent avec avarice ce que Dieu leur a accordé par Sa grâce ne pensent pas que c'est un bien pour eux. Au contraire, c’est un mal pour eux : au Jour de la Résurrection, on leur attachera autour du cou ce qu’ils ont gardé avec avarice." (Coran 3/180)

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

L'arrogance

L'orgueil consiste à croire qu'on est au dessus des autres et d’essayer de mépriser les plus faibles en se croyant supérieur alors que  l’arrogance c’est de regarder ses actes avec admiration. Ces deux maladies de l’âme sont intimement liées. En effet, celui qui est fière de ces adorations, de son argent, de son niveau sociale, par son discours ou aussi par sa langue et ces origines (tout ceci rentre dans l’arrogance) se croit forcément supérieur aux autres. En d’autres termes, l’arrogance dépend des actes et  l’orgueil dépend du cœur de l’individu.

L'orgueil est logé dans le cœur. Il a diverses manifestations extérieures qui dévoilent sa présence. Parmi celles ci, on trouve : l'amour d'être à la tête des gens et d'exhiber le statut supérieur qu'on peut avoir sur eux. C'est également d'aimer s'asseoir au devant de la scéne, se pavanant ou adoptant une attitude hautaine. De mépriser ceux qui s'opposent à tes avis, même ceux que tu sais pertinemment être invalides, et de refuser d'admettre son erreur. Ainsi que par le dédain qu'on affiche pour les faibles ou les pauvres, ainsi que dans l'éloge de soi-même. C'est aussi manifesté par le fait de faire étalage et l'éloge de soi. Quiconque s'enorgueillit à cause de ses ancêtres perd leurs bénédictions. Une telle arrogance annule ses propres vertues.

Les savants ont divisé le Kibr en deux catégories, l’apparent et le caché. Le caché est enraciné dans le cœur et l’apparent est la manifestation de ce dernier sur le comportement, la parole et les apparences. Le Kibr caché est à l’origine du Kibr apparent.

Allah azawajal dit : "Et ne foule pas sur la terre avec orgueil : tu ne sauras jamais fendre la terre et tu ne pourras jamais atteindre la hauteur des montagnes !" (Coran 17/37)

L'arrogant est infâme au regard d'Allahazawajal, Il dit : "... Et assurement Il n'aime pas les arrogants." (Coran 16/23). L'arrogant se trouve en grand péril car son cœur est scellé par Allah azawajal. Allahazawajalb dit : "... Ainsi Allah scelle-t-Il le cœur de tout orgueilleux tyran." (Coran 40/35). L'arrogant est également détourné des signes d'Allah azawajalb. L'Exalté dit: "... : car Allah n'aime pas le présomptueux plein de gloriole." (Coran 31/18). Et dit également : "J'écarterai de Mes signes ceux qui, sans raison, s'enflent d'orgueil sur terre..." (Coran 7/146).

D’après Abdallah ben Massoud, le Prophète saws a dit : "N'entrera pas au Paradis quiconque a un atome d'orgueil dans son cœur". Un homme dit au Prophète saws : "J'aime que mes vêtements et mes chaussures soient propres et beaux".  Le Prophète saws répondit : "Ce n'est pas cela. Allah est Beau et Il aime la Beauté. Le Kibr (l'orgueil) est le rejet de la vérité et le mépris des gens." (Rapporté par Mouslim)

D'après Abou Hourayra radi allahu anhu, le Prophètesaws a dit : "Une discussion s'éleva entre le Paradis et l'Enfer. - "Moi, dit l'Enfer, mes hôtes sont les orgueilleux et les gens hautains". - "Moi, dit le Paradis, mes hôtes sont les faibles et les humbles". - "Toi, dit Dieu en s'adressant à l'Enfer, tu es Mon châtiment et c'est par toi que Je châtie qui Je veux selon une autre version- Je punis avec toi qui Je veux. Tandis que toi, poursuivit Dieu en s'adressant au Paradis, tu es Ma clémence et c'est par toi que Je me montre clément envers qui Je veux, et chacun de vous deux sera plein." (Rapporté par Mouslim).

Le Prophète saws a dit : "Il n'y a pas de supériorité du blanc sur le noir, ni de l'arabe sur le non arabe, si ce n'est dans la crainte d'Allah. Vous êtes tous d'Adam, et Adam a été créé de poussière." (Rapporté par Tirmidhi et Abu Dawud)

Par l’arrogance naîtra l’orgueil et le mépris des gens, Satan le maudit a été ordonné par Allah de se prosterner devant Adamalaihisalam, mais il fut arrogant car il à été crée par le feux, et orgueilleux et refusa de se prosterner. Il fut à jamais rejeté du Paradis et de la Miséricorde d'Allah.

Allah azawajalb dit : "Et lorsque Nous avons dit au Anges : "Prosternez-vous devant Adam", il se prosternèrent, à l'exeption d'Iblis, qui dit : "Me prosternerai-je devant quelqu'un que Tu as crée d'argile?" (Coran 17/61)

Le fait d'être conscient de la dangerosité de cette maladie et demander la protection d'Allah azawajalb pour ne pas tomber dedans et être modeste. Avoir la vrai valeur de soi, nous sommes faibles et lutter pour déraciner l’arbre de cette maladie du cœur.

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

Le port par l'hommes, de vêtements en soie et de bijoux en or

 

Le port de bijoux en or est interdit aux hommes. D’après Abd Allah Ibn Abbasradi allahu anhu, le Messager d’Allah saws a vu un homme porter une bague en or et il l’a retirée et jetée en disant : "L’un de vous accepte de porter une braise en sa main !" Quand le Prophète saws est parti, on a dit à l’homme : "prends ta bague pour en faire un autre usage.. ". et il a dit : "non ! Au nom d’Allah, je ne la reprendrai pas après que le Messager d’Allah saws l’ait jetée ". (Rapporté par Mouslim)

Il n'est absolument pas permis de leur faire porter de l'or, même quand ils sont âgés de moins de deux ans, le port de l'or étant licite pour les femelles et illicite pour les mâles; qu'il s'agisse de bagues, de montres ou d'autres bijoux. Aussi n'est il pas permis de faire porter de l'or au garçon comme il n'est pas permis de le faire pour l'adulte. L'or est réservé aux femmes. Si toutefois un enfant porte de l'or ou de la soie, le péché en incombe à celui qui les lui fait porter, car l'enfant lui-même n'est pas religieusement responsable.

D'après Houdhayfa radi allahu anhu, l'Envoyé de Dieu saws avait dit : "Ne buvez pas dans des vases en or ou en argent. Ne portez point de vêtements de brocart, ni de soie. Ces choses-là sont pour les infidèles dans l'ici-bas; tandis que vous, vous les aurez dans l'au-delà, au Jour de la Résurrection". (Rapporté par Mouslim)

Al-Barâ' Ibn 'Azib radi allahu anhu a dit : "L'Envoyé d'Allah saws nous a enjoint de faire sept choses et nous a interdits de faire sept autres. Il nous a enjoint de visiter les malades, de suivre les convois funèbres, de dire : "Dieu vous fasse miséricorde!" à celui qui loue Dieu après avoir éternué, de déférer au serment des gens, d'assister l'opprimé, d'accepter les invitations et d'adresser les salutations à tout le monde. Il nous a interdits de porter des bagues en or, de boire dans des vases en argent, de se servir des selles en soie, de se vêtir des étoffes dites "qassy" (une variété rayée de soie), de porter des vêtements de soie, de brocart et de satin." (Rapporté par Mouslim

D'après Anas radi allahu anhu, l'Envoyé de'Allah saws a dit : "Celui qui a porté le soie dans l'ici-bas ne le portera pas dans l'au-delà". (Rapporté par Mouslim

Exeption faite en cas de maladie ou d'allergie (démangeaisons), cette peut portre un vêtement en soie : D'après Anas Ibn Mâlik radi allahu anhu, l'Envoyé d'Allah saws toléra à Abdourrahmân Ibn 'Awf et à Az-Zubayr Ibn Al-'Awâm le port de chemise de soie en voyage, à cause d'un prurit qui les dévorait ou de démangeaisons qu'ils éprouvaient. (Rapporté par Mouslim)


Wa Allâhou A’lam

Allah azawajalb est le plus savant

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

La fuite pour un esclave, si le maître est juste

A l'avénement de l'islam, nous n’avons guère besoin de nous étendre sur le statut juridique des esclaves, ni sur le droit incontestable du maître de tuer, de torturer ou d’exploiter son esclave, sans que ce dernier n’ait le droit de s’en plaindre, ou un droit quelconque. Le traitement des esclaves en Perse, en Inde ou dans d’autres contrées différait de ce qui se pratiquait dans l’Empire romain en termes d’horreurs plus ou moins prononcées, il ne différait guère en termes de bafouement total de la dignité humaine, et d’exploitation.

L'islam est venu rendre leur humanité à ces humains. Il est venu décréter l’unicité de l’origine, de la nature et du devenir de l’humanité,  L'islam a établi qu’un maître n’a aucun mérite sur son esclave, parce que l’un est maître et l’autre esclave. Le seul critère de mérite est désormais la piété : "Un Arabe n’a strictement aucun mérite sur un non-Arabe, pas plus qu’un non-Arabe n’en a sur un Arabe, ni un Noir sur un Blanc, ni un Blanc sur un Noir, si ce n’est par la piété".

Les esclaves n’étaient plus des objets. Ils sont devenus des humains avec une âme identique à celle des maîtres. Les autres nations considéraient alors sans exception que les esclaves étaient une race différente de la race des maîtres et qu’ils avaient été créés pour être asservis et humiliés. En conséquence, ces maîtres n’éprouvaient pas le moindre scrupule à tuer les esclaves, à les torturer, à les brûler ou à les exploiter dans les sales besognes et les travaux forcés. Partant de ce constat, l’Islam a élevé les esclaves au statut de digne fraternité avec leurs maîtres, non pas dans un monde idéalisé et utopique, mais dans le monde réel.

Pour preuve, une fois, Aboû Hurayra radi allahu anhu interpela un homme qui était sur une monture tandis que son serviteur courait à pied derrière lui : "Fais-le monter derrière toi, car il est ton frère et son âme est comme la tienne !."

Mais l’Islam ne s’arrêta pas là, car sa base fondamentale et suprême est l’égalité complète entre les hommes. Il œuvra de manière effective à la libération des esclaves, et ce, par deux grands moyens : le `itq ou affranchissement gratuit et la mukâtabah ou contrat d’affranchissement.

L’histoire relate qu’un nombre considérable d’esclaves ont été libérés à travers cet affranchissement gratuit, et que ce nombre incommensurable ne trouve pas son pareil dans l’histoire des autres nations, ni avant l’Islam, ni plusieurs siècles après. Les mobiles de leur affranchissement étaient purement humains, et découlaient des consciences individuelles qui désiraient gagner l’Agrément d'Allah azawajal, rien d’autre que l’Agrément d'Allahazawajal.

L’Islam a donc été l’auteur d’une considérable et réelle avancée dans la libération des esclaves. Il a été en avance d’au moins sept siècles sur tout le développement historique. En plus de ce développement, il s’est distingué par d’autres éléments — comme les garanties assurées par l’État — auxquels le monde n’a commencé à s’intéresser qu’au début des temps modernes, ainsi que par des éléments que le monde ignore toujours, que ce soit au niveau du bon traitement des esclaves ou de l’affranchissement volontaire et gratuit, sans aucune contrainte d’ordre économique ou politique, à l’instar de celles qui ont obligé l’Occident à libérer les esclaves.

Lire l'article à l'oppression - Avoir plus de détail sur l'histoire de l'esclavage en islam

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

Le sacrifice adressé à un autre qu'Allah azawajalb

Sacrifier une bête pour quelqu'un d'autre qu'Allah azawajalbest un acte d'associationnisme majeur (shirk akbar) car le sacrifice est un rite qui doit être consacré à Allah L'UNIQUE azawajalb comme est ordonné dans le Coran :

Allah azawajal dit : "Dis : "En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers. A Lui nul associé ! Et voilà ce qu’il m’a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre."" (Coran 6/162-163)

Celui qui sacrifie une bête pour quelqu'un d'autre qu'Allah azawajalb est un associateur et est exclu de la communauté musulmane, quelle que soit la personne à qui il a voué ce sacrifice, que ce soit un ange, un prophète, un chef d'état, un saint ou un savant. Au musulman de craindre Allah azawajal etne pas Lui donner un associé.

Allah azawajal dit : "... Quiconque associe à Allah (d’autres divinités,) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs !" (Coran 5/72)

Il est en outre interdit de manger de la chair de la bête qui a été sacrifiée (ouhilla) pour quelqu'un d'autre qu'Allah azawajal .

Allah azawajal dit : "Vous sont interdits (pour la consommation) la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d’Allah, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne, et celle qu’une bête féroce a dévorée - sauf celle que vous égorgez avant qu’elle ne soit morte. (Vous sont interdits aussi la bête) qu’on a immolée sur les pierres dressées ..." (Coran 5/3)

D'après 'Ali Ibn Abi Talib radi allahu anhu, le Prophètesaws a dit : " Allah maudit (1) celui qui égorge un animal pour un autre que lui, Allah maudit celui qui donne asile à un innovateur, Allah maudit celui qui maudit ses parents (2), Allah maudit celui qui change les limites des terrains (3)". (Rapporté par Mouslim)

L'imam Nawawi a dit : "Sache que le sacrifice pour celui qui est adoré est comme la prosternation. Ces deux choses sont parmi les formes de glorification et d'adoration qui sont uniquement pour Allah qui est le seul à mériter d'être adoré.
Celui qui égorge pour un autre qu'Allah parmi les vivants ou les objets comme une idole en voulant par cela le glorifier et l'adorer, alors la bête sacrifiée est interdite à la consomation et ceci est un acte de mécréance comme s'il s'était prosterné pour un autre qu'Allah en voulant l'adorer".
(Al Majmou' Charh Al Mouhadhab vol 8 p 385)

Il y a dans le sacrifice deux choses importantes :

• Le fait de prononcer un nom lors du sacrifice en disant  "Bismillah" (Au nom d'Allah). Ceci signifie le fait de demander l'aide d'Allah (isti'ana) pour ce sacrifice.

• L'intention que l'on pratique ce sacrifice afin de se rapprocher d'Allah azawajalb.


Wa Allâhou A’lam

Allah azawajalb est le plus savant

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

Le reniement de son père, ou l'adoption d'un autre nom


Le lien du sang est important à maintenir et entretenir, c'est lui qui nous lie aux deux parents (le père et la mère). En effet, c’est une obligation en Islam de bien traiter ses deux parents et c’est un grand péché de les maltraiter.

Il est évident que l’on ne peut obéir à nos parents quand ils nous ordonnent de désobéir à Allah azawajalb. Le Prophète sawsa dit : "Point d’obéissance à la créature quand il s’agit d’une désobéissance au Créateur ". Mais un tel agissement de leur part ne doit pas nous empêcher de continuer à prendre soin d’eux et à bien nous comporter avec eux.

Allahazawajalbdit : Ton Seigneur a décrété : "n'adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : "Fi ! " et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. et par miséricorde, abaisse pour eux l'aile de l'humilité, et dis : "Ô mon Seigneur, fais-leur, à tous deux, miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit". (Coran 17/23-24)

Le Prophète saws dit : " Malheur puis malheur puis malheur à celui dont les deux parents (ou l’un d’eux) ont atteint avec lui la vieillesse et cela ne lui a pas permis d’entrer au Paradis." (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

L’Islam exhorte à la consolidation des liens de sang, eu égard à son impact sur l’établissement de la cohésion sociale ainsi que la pérennisation de la solidarité et de l’amour entre les musulmans. L’affermissement des liens familiaux est un devoir, conformément aux propos d’Allah,

Allahazawajalbdit : " ... craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement." (Coran 4/1) et "Et donne au proche parent ce qui lui est dû ainsi qu' au pauvre et au voyageur (en détresse). Et ne gaspille pas indûment,(Coran 17/26).

Allah azawajalb a mis en garde contre la rupture des relations familiales. Allah azawajalb dit à ce propos (Mais) ceux qui violent leur pacte avec Allah après l'avoir engagé, et rompent ce qu' Allah a commandé d'unir et commettent le désordre sur terre, auront la malédiction et la mauvaise demeure.﴿  (Coran 13/25). Y a-t-il une sanction plus sévère que la malédiction et le mauvais séjour qui attend ceux qui rompent les liens familiaux ? En effet, en le faisant, ils se privent de la rétribution réservée, au jour du jugement dernier, à ceux qui consolident les liens familiaux et de beaucoup de biens dans leur vie en ce bas monde, à savoir la longévité et la richesse.

Le Prophète saws dit : "Quiconque veut avoir beaucoup de richesse et une longue vie doit consolider ses liens familiaux". (Rapporté par Boukhari et Mouslim).

Abu Hourayra radi allahu anhu a rapporté que le Prophète saws a dit : "Après qu’Allah, le Très-Haut a fini de créer les créatures, les liens familiaux se sont levés et ont dit : ceci est le rang de ceux qui cherchent la protection d’Allah contre la rupture des relations familiales. Allah leur répond : oui, et leur dit : voulez-vous que je tienne à celui qui tient à vous et rompe avec celui qui rompt avec vous ? Elles répondirent : oui. Allah leur dit : je vous l’accorde.". Le Prophète saws a également dit : "si vous voulez, lisez ce verset   Si vous vous détournez, ne risquez- vous pas de semer la corruption sur terre et de rompre vos liens de parenté ? Ce sont ceux-là qu' Allah a maudits, a rendus sourds et a rendu leurs yeux aveugles ﴿ Coran 47/22-23). (Extrait de Sahih al-Mouslim, commentaire de Nawawî 112/16).

Ceci étant, il incombe de se demander qui peut être considéré comme celui qui consolide les relations familiales ? C’est ce que le Prophète saws a voulu élucider en disant : "il ne fait pas partie de ceux qui affermissent les liens de sang celui qui agit par compensation, mais celui qui rétablit ses liens de sang à chaque fois qu’ils sont rompus." (Rapporté par Boukhari).

Si celui qui rétablit la relation le fait par reconnaissance ou par compensation et n’a pas pris l’initiative en premier lieu, l’acte ne peut être assimilé à une action de raffermissement des liens de sang, mais c’est plutôt rendre la pareille. Car, certaines personnes ont un principe à savoir cadeau contre cadeau et visite contre visite. Ils ne donnent pas à celui qui les prive et ne rendent pas visite à celui qui les a abandonné.

Ceci n’est absolument ni la consolidation des liens de sang, ni ce que le Sage législateur a recommandé, ni le rang élevé que la Charia a préconisé d’atteindre ; mais c’est seulement appliquer la règle de réciprocité. Un homme avait dit au Prophète saws : j’ai des proches qui rompent les liens de sang qui nous unissent à chaque fois que je tente de les rétablir, qui me font du mal à chaque fois que j’essaie de leur faire du bien, qui m’ignorent pendant que je pense à eux. Le Prophète saws lui dit : "Si ce que tu dit est vrai, c’est comme s’ils se brûlaient avec des braises. Et tant que tu continuera ainsi, Allah t’apportera aide et assistance". (Rapporté par Mouslim) Qui peut avaler une braise ? qu’Allah nous préserve de la rupture des liens de sang.

Comme nous venons de dire, le maintien, l’entretien et l’affermissement des autres liens du sang est un devoir conformément aux propos d’Allah azawajalb, et celles de Son Messager saws.

Pour ce qui est de renier son propre nom de famille, cela n'est pas permit en toute évidence, pour la simple moralité, respect des parents, mais pour ne pas corrompre la socièté et ceci est valable aussi bien pour l’homme que pour la femme.

Il n’est pas permis d’attribuer une personne à une origine qui n’est pas la sienne ou au père qui n’est pas le sien. En effet, l’Islam interdit absolument au père de nier la filiation de son enfant sans en avoir le droit, et ceci fait l'objet d'un consensus entre les ulémas, conformément au Coran

Allahazawajalbdit : Appelez-les du nom de leurs pères : c’est plus équitable devant Allah. Mais si vous ne connaissez pas leurs pères, alors considérez-les comme vos frères en religion ou vos alliés. Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce que vos cœurs font délibérément. Allah, cependant, est Pardonneur et Miséricordieux ﴿ (Coran 33/5).

D'après Abou Dharr radi allahu anhu qu'il a entendu le Prophète saws dire : "Tout homme qui s'affilie sciemment à un autre que son père renie sa foi. Quiconque s'affilie à des gens qui lui sont étrangers doit se préparer à occuper sa place en enfer. " (Rapporté par Boukhari et Mouslim).

L’appellation par le nom du père est valable aussi bien dans la vie ici-bas que dans celle de l’au-delà comme le montre le hadith suivant : "Au jour de la Résurrection, on affectera un drapeau au traître et dira : voici la traîtrise d’untel fils d’untel. " (Rapporté par Boukhari et Mouslim ).

On doit donc appeler une personne par son nom et celui de son père, sous la forme "untel fils d’untel" ou une "telle fille d’untel". En arabe, cela donne "untel ibn untel" ou "telle bint untel". Cet usage était la règle jusqu’au 14ème siècle de l’hégire (20ème siècle grégorien). Par la suite, il a été remplacé pour copier le système des pays non musulmans (souvent anciens colonisateurs) et ainsi supprimer la filiation par le terme ibn "fils de". Cet état de fait n’est ni linguistiquement ni traditionnellement acceptable.

Une partie des musulmans a aujourd’hui perdu l’habitude d’utiliser le nom du père et pire, la femme prend le nom de son mari. Comment peut-elle prendre le nom d’une personne avec laquelle elle n’a aucun lien de parenté ? Son mari n’est en aucun cas son père ! Dans ce cas, changer de nom est donc clairement interdit en islam.

On accuse toujours l’islam d’oppresser la femme, mais on constate ici que c’est la culture occidentale qui oppresse la femme et non la religion musulmane . On parle toujours de soumission de la femme musulmane à l’homme alors qu’elle ne doit se soumettre qu’à son Créateur. Et en prenant le nom de son mari, ce sont une forme de soumission et une perte de son identité que la femme accepte et s’impose à elle-même puisque rien ne l’y oblige.


Wa Allâhou A’lam

Allah azawajalb est le plus savant

Le savoir parfait appartient à Allah azawajalb, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammedsaws, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.
Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

La vaine querelle, la discussion malhonnête, le goût de la dispute

L'islam accorde une importance particulière à tout ce qui émane de la langue (Lisan), cet organe régulateur des rapports humains. En ce sens, le "Langue" en tant qu'organe de la parole est soumis à un certain nombre de normes et de règles.

Si le fidèle musulman est tenu sur le plan des obligations d'ordre rituel de satisfaire à un certain nombre de prescriptions comme l'observance de la prière, du jeûne, de l'aumône légale etc.... il doit également sur le plan moral respecter un certain nombre de principes normatifs comme le fait de dire la vérité, d'être sincère, d'avoir une bonne intention, de ne pas mentir, de ne pas calomnier, de ne pas faire de faux sermons etc... Comme ces principes touchent de près ou de loin tout ce qui se rapporte au Langue et comme la fonction majeure de celui-ci est d'être l'interprète des autres organes, notamment du cœur qui est le pivot central qui structure la personnalité du fidèle musulman.

Le Prophète saws met l'accent sur la nécessité d'éviter les innombrables maux de la langue. Il invite les fidèles, à remédier aux dégâts des mots, à se consacrer au dhikr, à la lecture du Coran et toute forme d'adoration d'Allah azawajalb en général.

Les dégâts causés par la langue (les mots, la parole) sont énormes, et rien ne peut être plus salutaire que sa retenue. Ainsi la foi vante le mutisme et insiste sur l'importance du silence.

Le Prophète saws a dit : "Celui qui garantit ce qu'il y a entre ses mâchoires et ce qu'il a entre ses jambes, je lui garantis le paradis". (Partie d'un long hadith rapporté par Boukhari)

Le Prophète saws a dit : "Celui qui croit en Dieu et au jour du jugement, qu'il dise du bien ou qu'il garde le silence." (Partie d'un long hadith rapporté par Boukhari et Mouslim)

Mouadh Ibn Jabal demanda au Prophète saws : "Ô Envoyé de Dieu serons-nous jugés pour nos paroles ? Et le Prophète saws lui répondit : "Ô ibn Jabal ! C'est la moisson de la langue qui le plus souvent jette les gens dans l'Enfer." (Rapporté par Tirmidhi)

D'après 'Abdoullâh Ibn 'Amr Ibn Al-'As radi allahu anhu, un homme demanda au Prophète saws) : "Qui est le meilleur musulman?" et le Prophète de répondre : "Celui dont aucun des musulmans n'a à redouter ni la langue ni la main". (Rapporté par Mouslim)

La dispute âpre est une source du mal, tout comme la querelle. C’est la raison pour laquelle l’homme ne devrait ouvrir la porte de la discussion qu’en cas de nécessité absolue.

Le Prophète saws dit : " La personne qu’Allah déteste le plus est la personne dure dans les querelles." (Rapporté par Boukhari, Mouslim, Tirmithi et autre)

Le Prophète saws dit a 'Aïcha radi allahu anha1 qui repondit prontement à un groupe de juif en visite chez le Prophète saws, qui au moment des salutations dire "As sâmou alaykoum !" au lieu de la formule normale en raison de leurs haine et animosité envers le Prophète saws"Doucement, Ô Aïcha ! Adopte (plutôt) la douceur et évite la rudesse et la grossièreté. (Rapporté par Boukhari).

 Selon Abu Hourayra , le Prophète saws a dit : "L'homme fort n'est pas celui qui excelle en matière de lutte, mais c'est celui qui se maitrise sous l'emprise de la colère." (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Le Prophète saws dit : "Celui qui évite la dispute, étant dans l’erreur, une demeure lui sera construite dans la périphérie du Paradis ; Celui qui évite la dispute en ayant raison, elle lui sera construite au milieu du Paradis ; Et celui qui parfait son comportement elle lui sera construite en haut du Paradis." (Rapporté par Abou Dawoud).

Le Prophète saws dit : "La personne qu’Allah déteste le plus est la personne dure dans les querelles." (Rapporté par  Boukhari, Mouslim, At-Tirmidhi et An Nisâ’i).

Allahazawajalb dit : "Et cramponnez-vous tous ensemble au " Habl " (câble) d'Allah et ne soyez pas divisés; et rappelez-vous le bienfait d'Allah sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c'est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, pas Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d'un abîme de Feu, c'est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi, Allah vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés." (Coran 3/103)

La foi apprend aux croyants à se tenir à l'écart de toute polémique  et de prendre part aux discussions savantes dans le dessein d'apprendre et comprendre, sans aucune volonté à chercher à nuire à son interlocuteur et à le pousser à se défendre.

Ô Allah ! Guide-nous et facilite les bonnes relations avec nos proches, nos parents, nos frères et sœurs ainsi qu'avec l'ensemble des gens qui nous entourent, afin d'être toujours en bons termes avec chacun d'entre eux et avancer dans le juste chemin que Tu nous recommandes. Garde notre langue et nos gestes des mauvaises attitudes, et renforce notre volonté. Amin

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

Le savoir parfait appartient à Allah azawajalb, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammedsaws, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.
Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

Le refus de donner de l'eau

Allahazawajalbs'est interdit à Lui-même toute injustice et Il a ouvert la porte de Son pardon à tout un chacun. Allah azawajalb est généreux à notre égard, ce qu'Il nous a octoyé par Sa faveur nul ne peux prétendre être en capacité d'égaler. Si Allah azawajalb s'interdit l'injustice avec toute l'humanité (croyant, non croyant, athée, etc.), nous qui sommes ses créatures, nous n'avons pas le droit d'être injuste, à juste titre, nous ne pourrons jamais lui rendre ne serais ce un grain de moutarde en contre partie pour le remercier de tous les ses biens faits.

A l'Homme qui refuse le surplus de l'eau, Allah azawajalb lui dira : "Je te refuse ma faveur comme tu as refusé le superflu d'une chose que tu n'avais pas faite toi-même". Personne ne peut refuser le superflu de l'eau sans pêcher contre Allah azawajalb et contre l'humanité. L'eau est un bien que l'Homme doit partager avec tout être vivant.

Le Prophète saws a dit : "On ne doit pas refuser le surplus de son eau dans le but d'empêcher les gens d'envoyer leur troupeau paître près de cette eau." (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Le Prophète saws a dit : "Il y a trois hommes à qui Allah n’adressera pas de parole au Jour de la Résurrection et qu’Il ne regardera même pas : l’homme qui jure sur sa marchandise qu’on lui en a offert plus qu’on ne le lui en a offert et qui ment ainsi ; l’homme qui fait un faux serment après Al-Asr pour s’approprier une partie du bien d’un musulman ; et l’homme qui refuse le superflu de son eau. A ce dernier, Allah dira : "Aujourd’hui, Je te refuse ma faveur comme tu as refusé le superflu d’une chose que tu n’avais pas faite toi-même." " (Rapporté par Boukhari)

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

Le savoir parfait appartient à Allah azawajalb, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammedsaws, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.
Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.