arabesque

Le divorce

arabesque

La société islamique est une société patriarcale fondée sur la prédominance du mari dans le foyer. Allahazawajalbdit à ce sujet : " Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles. Et Allah est Puissant et Sage. " (Coran, 2/228)

Le divorce est une affaire déléguée à l’homme. À l’unanimité des savants musulmans, la femme ne peut pas divorcer, sauf en cas de préjudice sévère ou manquement évident du mari dans ses obligations. Néanmoins, elle peut demander le divorce à une autorité musulmane. Attention à ne pas demander le divorce sans motif légitime, au vu du hadith mentionnant le châtiment sévère auquel elle s'expose.

D'après Thawban radi allahu anhu, le Prophète saws a dit : " Toute femme qui demande le divorce à son mari sans raison, alors l'odeur du paradis lui est interdite ". (Rapporté par Tirmidhi et Ibn Majah)

Néanmoins, elle peut demander le divorce à une autorité musulmane au cas où il la délaisse sans cause religieuse, de la frapper, de l’insulter, d’insulter son père, de remplir ses devoirs comme le devoir de subvenir à ses besoins, de lui tenir compagnie, de lui fournir un logement indépendant, ainsi, qu'en cas d’offense ou de mauvais traitements à l'encontre à son encontre, en cas d’absence prolongée de son mari, au cas où la femme se rend compte que son mari a un grand défaut comme le fait d'être stérile, incapable d’avoir des rapports conjugaux ou d'avoir une maladie qu'il a cachée, en cas de débauche du mari et le fait de commettre des péchés majeurs ou le fait ne pas accomplir les actes d’adoration obligatoires, ou lorsque la femme répugne et hait son mari. Mais se tourner vers un tribunal civil pour mettre fin au mariage d’un point de vue juridique ne suffit pas pour y mettre fin, il faudra impérativement que cela soit fait par une autorité religieuse compétente.

Il est extrêmement important de connaître les lois relatives au divorce, car il se produit des divorces entre nombre d’hommes et d’épouses sans qu'ils ne le sachent et ils restent à vivre avec elles dans l'interdit. Selon la religion musulmane, le divorce prononcé par l'homme est effectif même s’il était en colère ou ignorait le jugement. Celui qui a prononcé les paroles explicites du divorce, son divorce avec son épouse a lieu, qu'il ait eu l'intention de le faire ou pas. En effet, la colère ou l’ignorance ne sont pas des excuses en Islam, car apprendre la science de la religion est une obligation.

Si l'homme a divorcé sa femme une ou deux fois, il peut la reprendre en mariage, soit en disant, "je te reprends dans mon mariage" si cela est fait avant la fin du délai de viduité ('idda) arrive à expiration et elle ne lui redeviendra licite que par un nouveau contrat de mariage avec un tuteur et deux témoins. La période de viduité ('idda) correspond à trois périodes de pureté des règles pour celles à qui arrivent les menstrues et si la femme est enceinte, c'est en accouchant. Pour celles à qui n'arrivent pas les menstrues, la période est de trois mois lunaires.

Que prononcer le mot Talaq طَلَّق (divorce) ne soit pas pris à la légère. Ça doit être l'ultime recourt, après avoir utilisé tous les moyens à la disposition du couple. Il est important de ne pas le prononcer à tout bout de champ ou d'avoir l'intention ou de formuler le divorce comme un moyen pour résoudre les problèmes conjugaux. Le divorce est réprimandable, si rien ne le nécessite, et il est permis s’il y’a une nécessité qui pousse à le faire. Il faut veiller à maintenir et à fortifier le lien de mariage qu'Allahazawajalb a qualifié d'engagement solennel et à éviter à tout prix de s'exposer à la rupture ou d'affaiblir le couple pour des raisons insignifiantes. Allah,azawajalbdit : " Comment oseriez-vous le reprendre, après que l'union la plus intime vous ait associés l'un à l'autre et qu'elles aient obtenu de vous un engagement solennel ? " (Coran 4/21)

Allahazawajalb dit : " Le divorce (réconciliable) est permis pour seulement deux fois. Alors, c'est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse. Et il ne vous est pas permis de reprendre quoi que ce soit de ce que vous leur aviez donné, ..." (Coran 2/229)

Allahazawajalb dit : " S'il divorce avec elle (la troisième fois) alors elle ne lui sera plus licite tant qu'elle n'aura pas épousé un autre. ..." (Coran 2/230)

Sur cette base, si en répudiant votre épouse trois fois de suite tout en étant conscient de vos paroles, votre femme est répudiée irrévocablement et vous ne pouvez plus la reprendre avant qu’elle ne se marie avec un autre homme, (que le but de ce mariage ne soit pas de vous permettre de la reprendre), que le mariage soit consommé et que son nouveau mari la répudie ou meurt. Si le mari n’avait pas l’intention de répudier en prononçant des formules allusives ou s’il n’est pas certain de les avoir prononcées, alors, le divorce n’est pas effectif.

Une fois que le divorce est effectif, se tourner vers un tribunal civil pour mettre fin au mariage d’un point de vue juridique ne suffit pas pour y mettre fin selon la Charia.

Pour oulémas, les droits de la femme divorcée sont, si le mariage n’a pas été consommé, alors la femme a le droit de garder à la moitié de la dot. Si le mariage a été consommé alors, en plus d’avoir droit à la totalité de la dot, elle a droit à être logé, aux dépenses quotidiennes durant toute la période de viduité si le divorce est révocable et non définitif puisqu'elle conserve le statut d’épouse étant donné qu’il est possible que le mari la reprenne en tant qu’épouse durant toute la période de viduité. En revanche, s’il s’agit d’un divorce irrévocable, alors elle n’a pas droit aux dépenses quotidiennes ni au logement sauf si elle est enceinte.

Allah dit : " Et faites que ces femmes habitent où vous habitez, et suivant vos moyens. Et ne cherchez pas à leur nuire en les contraignant à vivre à l'étroit. Et si elles sont enceintes, pourvoyez à leurs besoins jusqu'à ce qu'elles aient accouché. ..." (Coran 65/6)

Allah dit : " Et les femmes divorcées doivent observer un délai d'attente de trois menstrues ; et il ne leur est pas permis de taire ce qu'Allah a créé dans leurs ventres, si elles croient en Allah et au Jour dernier. Et leurs époux seront plus en droit de les reprendre pendant cette période, s'ils veulent la réconciliation. " (Coran 2/228)

* La reprise dans le mariage, c'est reprendre sa femme dans le mariage à la suite d'un divorce qui n'est pas sans délai de viduité ('idda), durant la période d'attente poste maritale.

decor arabesque basWa Allâhou A’lam
Allah est le plus savant

Le savoir parfait appartient à Allahazawajalb, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed saws vert, ainsi que sur sa Famille, et qu’Allah azawajalb soit satisfait de ses successeurs (califes) bien dirigés : Abou Bakr, 'Omar, 'Othman et Ali et les autres compagnons radi allahu anhumet ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

Je demande humblement à Allah  azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du Prophète Mohammed  saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

Arabesque
arabesque centrale
Arabesque
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytique
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner
Unknown
Unknown
Accepter
Décliner