Arabesque haut

Le Prophète Moussa alaihisalam
(Moïse)

Arabasque haut

Ensuite est venu Moussa alaihisalam. Il a également appelé son peuple à l'Islam. Certaines personnes ont cru en lui et d'autres l'ont démenti. Moussa est le prophète dont la vie est la plus relatée dans le Coran. En commençant par son enfance, le Coran fournit un compte très détaillé de sa lutte avec Pharaon, de la conduite défavorable de son peuple et de la façon dont le prophète Moussaalaihisalam les a invités à la voie d'Allah. La fermeté dont il a fait preuve dans l'adversité y est mentionnée comme exemplaire.

La naissance de Moussa alaihisalam

Les parents de Moussa alaihisalam, Amram et Yokébed, sont tous deux issus de la tribu de Levi. Suite à la prédiction faite à Pharaon par les mages les plus illustres d’Égypte. Le Pharaon, craignant qu‘il ne naisse effectivement parmi les fils d’Israël un enfant qui lui ravirait son trône et tout son pouvoir, avait décidé que tous les nouveau-nés israélites seraient assassinés au berceau. C’était, à ses yeux, la meilleure façon d’enrayer le mal à la racine. Après la naissance de Moussa alaihisalam, sa mère le cacha durant trois jours. Alors Allah azawajalb inspira à la mère de confier l’enfant au fleuve. Elle plaça alors son fils dans un couffin, et elle le déposa sur les rives du Nil.

Allah azawajalb dit : Et Nous révélâmes à la mère de Moïse (ceci) : “Allaite-le. Et quand tu craindras pour lui, jette-le dans le flot. Et n'aie pas peur et ne t'attriste pas : Nous te le rendrons et ferons de lui un Messager".” (Sourate 28/7)

Moussa alaihisalam dans le palais du Pharaon

Par précaution, la pauvre mère recommanda à sa fille de le suivre de loin. Depuis la rive du fleuve, la jeune fille vit le couffin récupéré par la fille de Pharaon. Assia, la femme du pharaon, supplia ce dernier pour garder cet enfant et de l’élever comme son fils, qu’elle avait toujours attendu. Le pharaon dit donc de lui laisser la vie sauve et accepte qu’il grandisse dans son palais. Allah azawajalb dit : “Nous t‘avons déjà favorisé une première fois lorsque Nous révélames à ta mère ce qui à fût révélé : “Mets-le dans le coffret, puis jette celui-ci dans les flots pour qu'ensuite le fleuve le lance sur la rive ; un ennemi à moi et à lui le prendra". Et J'ai répondu sur toi une affection de Ma part, afin que tu sois élevé sous Mon œil. Et voilà que ta sœur (te suivait en) marchant et disait : " Puis-je vous indiquer quelqu'un qui se chargera de lui ? "  Ainsi Nous te rapportâmes à ta mère afin que son œil se réjouisse et qu'elle ne s'afflige plus. ..." (Coran 20/37-40).

Allah azawajalb dit : " Les gens du Pharaon le recueillirent, pour qu'il leur soit un ennemi et une source d’affliction. Pharaon, Hāmān et leurs tsoldats étaient fautifs. La femme de Pharaon dit : " (Cet enfant) réjouira mon œil et le tien ! Ne le tuez pas? Il pourrait nous être utile ou le prendrons-nous pour fils." Ils ne pressentaient rien. " (Coran 28/8-9)

Moussa alaihisalam revient à sa mère

Le bébé refusait de se nourrir et bien qu’on lui ait présenté les meilleures nourrices du pays, il continuait de s’abstenir de toute nourriture. Malgré tous leurs efforts, personne n’était parvenu à satisfaire la faim du bébé. En désespoir de cause, Assia ordonna à ses servantes de prendre l’enfant et de chercher partout dans la cité une nourrice que l’enfant accepterait enfin. De son côté, la sœur de Moussa alaihisalam s’était approchée du palais dans l’espoir de recueillir quelques informations qu’elle pourrait rapporter chez elle pour tranquilliser sa mère. Ce fut donc avec une grande satisfaction que les servantes sortir en quête d’une nourrice. Alors, elle se hasarda à insinuer qu’elle connaissait une nourrice qui accepterait bien de se charger de cet enfant. Il demanda donc à la femme de devenir la nourrice du bébé contre une rétribution. Cette dernière accepta.

Allah azawajalb dit : " Nous lui avions interdit auparavant (le sein) des autres nourrices. Elle (la sœur de Moïse) dit donc : " Voulez-vous que je vous indique les gens d'une maison qui s’en chargeront pour vous tout en étant bienveillants à son égard ?..."  " (Coran 28/12)

La coutume voulait que la nourrice emmène chez elle l’enfant dont elle avait la charge et c’est ainsi que se réalisa la promesse d’Allah azawajalb, comme le rapporte le Coran : "Ainsi Nous le rendîmes à sa mère, afin que son œil se réjouisse, qu'elle ne s'affligeât pas et qu'elle sût que la promesse d'Allah est vraie. Mais la plupart d'entre eux ne savent pas." (Sourate 28/13). L’enfant vécut donc sa première année auprès de sa véritable mère et personne ne savait que Moussa alaihisalamne se trouvait pas seulement avec sa nourrice, mais avec sa véritable mère.

La vie de Moussa alaihisalam auprès du pharaon

Selon les gens de livre, on raconte qu'un jour Moussa alaihisalam jouant sur les genoux du Pharaon, lui dérobe sa couronne. Y voyant un mauvais présage, les mages du monarque suggèrent à celui-ci la mise à mort immédiate de l'enfant. Cependant, le prêtre de Médian, propose de mettre à l'épreuve ce qui n'était peut-être que jeu d'enfant, et fait placer Moussa alaihisalam devant un plateau de diamants et de braises ardentes. Moussa alaihisalam se précipite vers le plateau de diamants, mais trébuche (suite à l'intervention de Djibril) vers les braises ardentes. Dans sa frayeur, il porte ses doigts à la bouche et se brûle la langue et les lèvres. C'est de là que vient le bégaiement de Moussa alaihisalam. Devenu majeur, Allah azawajalb le dota de sagesse et de science.

Allah azawajalbdit : " Et quand il eut atteint sa maturité et sa pleine formation, Nous lui donnâmes la faculté de juger et une science. C'est ainsi que Nous récompensons les bienfaisants." (Coran 28/14)

Moussa alaihisalam quitta l’Égypte

Ibn Kathir relate, un jour, un homme issu des Fils d’Israël sollicita le secours de Moussa alaihisalamcontre son ennemi. Moussa alaihisalam lui asséna un coup de poing fatal. Et puis il regretta son geste, sollicita et obtint le pardon de son Maître.

Allah azawajalbdit : " Il entra dans la ville à un moment d'inattention de ses habitants. Il y trouva deux hommes qui se battaient ; l’un était de ses partisans et l’autre de ses adversaires. L’homme de son parti l’appela au secours contre leur ennemi. Moïse donna un coup de poing qui l’acheva. (Moïse) dit : " Cela est l’œuvre du Diable. C'est vraiment un ennemi, un égareur évident ". Il dit : " Seigneur, Je me suis fait du tort à moi-même ; pardonne-moi". Et Il lui pardonna. C’est Lui vraiment le Pardonneur, le Miséricordieux ! Il Moïse dit : " Seigneur, grâce aux bienfaits dont tu m'as comblé, jamais je ne soutiendrai les criminels". " (Coran 28:15-17)

Au lendemain, il fut pris de peur et resta vigilant. Moussa alaihisalamvit le même Israélite impliqué dans une autre bagarre. L’homme sollicita encore son soutien. Ce qui suscita la colère de Moussa alaihisalam, et, son interlocuteur, croyant qu’il allait le tuer, dit : "... " il (l'Israélite) dit : "Ô Moïse, veux-tu me tuer comme tu as tué un homme hier ? Tu ne veux être qu'un tyran sur terre ; et tu ne veux pas être parmi les bienfaiteurs"." (Sourate 28/19). Le précité ennemi révéla l’affaire au peuple du Pharaon et ceux-ci se mirent à la recherche de Moussaalaihisalam. Un homme pieux vint informer Moussa alaihisalam de ce qu’on lui voulait et lui conseilla de quitter l’Égypte : "Et c’est alors qu'un homme vint du bout de la ville en courant et dit : "Ô Moïse, les notables sont en train de se concerter à ton sujet pour te tuer. Quitte (la ville). C'est le conseil que je te donne"." (Sourate 28/20).

La révélation

Moussa alaihisalams’en alla à Madyan, arrivé devant un puits à Madyan, dans laquelle avait vécu le peuple de Shu'ayb, et trouva deux jeunes filles dans l'attente que le puits se libère.

Allahazawajalb dit : "Et quand il fut arrivé au point d'eau de Madyan, il y trouva un attroupement de gens abreuvant (leurs bêtes) et il trouva aussi deux femmes se tenant à l'écart et retenant (leurs bêtes). II dit : "Que voulez-vous ?" Elles dirent : "Nous n'abreuverons que quand les bergers seront partis ; et notre père est fort âgé". II abreuva (Ies bêtes) pour elles puis retourna à l'ombre et dit : "Seigneur, j'ai grand besoin du bien que tu feras descendre vers moi." " (Coran 28/23-24)

Moïse, à ce moment, n’espérait probablement qu’une tranche de pain ou une poignée de dattes, mais Allahazawajalb lui apporta plutôt la sécurité, de la nourriture et une famille. Après son invocation, Allahazawajalb lui envoyait Son secours, une des deux femmes revint voir Moïsealaihisalam.

Allahazawajalb dit : " Puis l'une des deux femmes vint à lui, d'une démarche timide, et lui dit : 'Mon père t'appelle pour te récompenser d'avoir abreuvé pour nous". Et quand il fut venu auprès de lui et qu'il lui eut raconté son histoire, il (le vieillard) dit : 'N'aie aucune crainte : tu as échappé aux gens injustes"." (Coran 28/25)

Moussa alaihisalam a accepté, en son âme et conscience, la proposition de son futur beau-père de lui faire épouser une de ses filles et a pris Allah azawajalb comme Garant de ce qu'ils ont convenu ensemble. Mieux encore, il a respecté pleinement son engagement et même plus, c'est-à-dire en restant dix ans et non huit à son service. Donc, Moussa alaihisalam épousa l'une des filles du noble patriarche, une fois le délai terminé, il retourne en Égypte en compagnie de sa femme.

Arrivé à Tor, Allah azawajalb en lui adressant directement la parole. Allah azawajalb dit : " Lorsqu'il arriva, on l'appela, - béni soit Celui qui est dans le feu et Celui qui est tout autour, et gloire à Allah, le Seigneur de l'univers. "Ô Moïse ! C’est Moi, Allah le Tout-Puissant, le Sage. " (Coran 27/8-9)

Allahazawajalb dit : " Puis, lorsque Moïse eut accompli la période convenue et qu'il se mit en route avec sa famille, il vit un feu du côté du Mont. Il dit a sa famille : " Attendez-moi ici. J’ai vu du feu. Peut-être vous en rapporterai-je une nouvelle ou un tison de feu afin que vous vous réchauffiez. " (Coran 28/29)

Allah azawajalb dit : "Lorsqu'il vit du feu, il dit à sa famille : "Restez ici ! Je vois du feu de loin ; peut-être vous en apporterai-je un tison, ou trouverai-je auprès du feu de quoi me guider". Puis, lorsqu'il y arriva, il fut interpellé : "Moïse ! Je suis ton Seigneur. Enlève tes sandales : car tu es dans la vallée sacrée, Tuwâ. Moi, je t'ai choisi. Écoute donc ce qui va être révélé. Certes, c'est Moi Allah : point de divinité que Moi. Adore-Moi donc et accomplis la Salât pour te souvenir de Moi. L'Heure va certes arriver. Je la cache à peine, pour que chaque âme soit rétribuée selon ses efforts." (Coran 20/10-15).

Allah azawajalb dit : " Certes, C'est Moi Allah : point de divinité que Moi. Adore-Moi donc et accomplis la Salât pour te souvenir de Moi. L’Heure va certes arriver. Je la cache à peine, pour que chaque âme soit rétribuée selon ses efforts. Que celui qui n’y croit pas et qui suit sa propre passion ne t’en détourne pas, sinon tu périras. " (Coran 20/14-16)

Moïse tenait un bâton à la main ; Allah azawajalb lui demanda quel était ce bâton et à quoi il lui servait (Allah azawajalb savait évidemment la réponse).  Celui-ci répondit : " C’est mon bâton sur lequel je m’appuie, qui me sert à effeuiller (les arbres) pour mes moutons et j’en fais aussi d’autres usages." (Coran 20/18)  Sachant que son bâton n’avait rien de particulier.  Mais Allah azawajalb lui demanda de le jeter au sol.

1ᵉ miracle : Allah azawajalblui ordonna de jeter son bâton par terre qui se transforma en serpent. Allah azawajalb dit : " Et : "Jette ton bâton" Puis quand il le vit se remuer comme un serpent, il tourna le dos sans même se retourner. "Ô Moïse ! Approche et n'ai pas peur : tu es du nombre de ceux qui sont en sécurité. " (Coran 28/31)

2ᵉ miracle : Allah azawajalb : " Introduis ta main dans l’ouverture de ta tunique : elle en ressortira d’une blancheur sans aucun mal. Et serre ton bras contre toi pour ne pas avoir peur. Voilà donc deux preuves de ton Seigneur pour Pharaon et ses notables. Ce sont vraiment des gens pervers. " (Coran 28/32)

Allah azawajalb lui dit ensuite de s’adresser au Pharaon muni de ces deux miracles dans l’espoir qu’il allait se souvenir ou craindre (Allahazawajalb). En effet, sa tyrannie et sa corruption avaient atteint leur maximum, conformément à ces propos d'Allah azawajalb⁣ : "Allez vers Pharaon : il s’est vraiment rebellé. Puis, parlez-lui gentiment. Peut-être se rappellera-t-il ou (Me) craindra-t-il ? Ils dirent : "Ô notre Seigneur, nous craignons qu’il ne nous maltraite indûment, ou qu’il dépasse les limites". Il dit : "Ne craignez rien. Je suis avec vous : J'entends et Je vois. Allez donc chez lui ; puis, dites-lui : "Nous sommes tous deux, les messagers de ton Seigneur. Envoie donc les Enfants d’Israël en notre compagnie et ne les châtie plus. Nous sommes venus à toi avec une preuve de la part de ton Seigneur. Et que la paix soit sur quiconque suit le droit chemin ! Il nous a été révélé que le châtiment est pour celui qui refuse d'avoir foi et qui tourne le dos"." (Coran 20/43-48).

Haroun alaihisalam(Aaron) était le frère de Moussa alaihisalam et sur la demande de celui-ci pour renforcer Moussa alaihisalam dépêché auprès de Pharaon afin de l’inviter à adorer Allahazawajalb : "Et par Notre miséricorde, Nous lui donnâmes Aaron son frère comme prophète." (Coran 19/53).

Moussa alaihisalam et Haroun invitent le Pharaon à adorer Allahazawajalb

Moussa et Haroun alaihisalam se rendirent auprès du Pharaon et lui transmirent le message. Ce dernier interrogea Moussa alaihisalam en ces termes : " "Et qu’est-ce que le Seigneur de l’univers ?" dit Pharaon." (Coran 26/23). A la question, Moussa alaihisalamdit : "Le Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui existe entre les eux... " (Coran 26/24). Et puis il lui demanda de fournir la preuve de la véracité de sa prophétie :  "Si tu es venu avec un miracle, dit (Pharaon), apporte-le donc, si tu es du nombre des véridiques." Il jeta son bâton et voilà que c’était un serpent évident. Et il sortit sa main et voilà qu’elle était blanche (éclatante), pour ceux qui regardaient." (Coran 7/106-108). Comme il constate ce qui venait de se passer, Pharaon et son entourage accusèrent Moussa alaihisalam d’avoir fait usage de la magie. Alors, ils rassemblèrent leurs magiciens et convoquèrent les gens à la journée de Décoration. Les magiciens jetèrent leurs cordes et leurs bâtons.

Allah azawajalb dit : " Il dit : " Es-tu venu, ô Moïse, pour nous faire sortir de notre terre avec ta magie ? Nous t'apporterons assurément une magie semblable.  Fixe entre nous et toi un rendez-vous, auquel ni nous ni toi ne manquerons, dans un lieu convenable"  Alors Moïse dit : " Votre rendez-vous, c'est le jour de la fête.  Et que les gens se rassemblent dans la matinée ". " (Coran 20/57-59)

Allah azawajalb dit : " "Jetez" dit-il. Puis lorsqu'ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les yeux des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puissante magie. Et Nous révélâmes à Moïse : "Jette ton bâton". Et voilà que celui-ci se mit à engloutir ce qu’ils avaient fabriqué. Ainsi la vérité se manifesta et ce qu’ils firent fût vain. Ainsi ils furent battus et se trouvèrent humiliés. Et les magiciens se jetèrent prosternés. Ils dirent : "Nous croyons au Seigneur de l'Univers, au Seigneur de Moïse et d'Aaron. " (Coran 7/116-122).

Au bout du compte, Allah azawajalb permit à Moussa alaihisalam de triompher des magiciens et ceux-ci crurent au Maître des Univers. C’est à ce moment que les nobles suggérèrent au Pharaon d’exécuter Moussa alaihisalam et son peuple pour les empêcher de répandre la nouvelle. Ils tuèrent les garçons et épargnèrent les filles. Moussa alaihisalamrecommanda aux fils d’Israël de rester fermes. Et puis, exaspéré, Pharaon et son peuple se mit d’accord pour décimer Moussa alaihisalam et son peuple. Allah azawajalb dit : "Et Pharaon dit : "Laissez-moi tuer Moïse. Et qu’il appelle son Seigneur ! Je crains qu’il ne change votre religion ou qu’il ne fasse apparaître la corruption sur terre". " (Coran, 40/26). Mais au moment où ils se concertèrent pour tuer Moussaalaihisalam, un homme croyant issu de la famille du Pharaon, a défendu Moussa alaihisalam, en disant : " s’il est un menteur, son mensonge se retournera contre lui. En revanche, s’il dit la vérité, une partie de ses menaces se concrétisera… ". L’homme continua d’adresser ses conseils au Pharaon et à son peuple, mais ils ne les acceptèrent pas.

Allah azawajalb dit : " Et un homme croyant de la famille de Pharaon, qui dissimulait sa foi dit : " Tuez-vous un homme parce qu’il dit " Mon Seigneur est Allah ?" Alors qu’il est venu à vous avec des preuves évidentes de part de votre Seigneur ? S’il est menteur, son mensonge sera à son détriment ; tandis que s'il est véridique, alors une partie de ce dont il vous menace tombera sur vous". ..." (Coran 40/28) Et poursuivit : " "Ô mon peuple, triomphant sur la terre, vous avez la royauté aujourd'hui. Mais qui nous secourra de la rigueur d’Allah si elle nous vient ?" Pharaon dit : "Je ne vous indique que ce que je considère bon. Je ne vous guide qu’au sentier de la droiture." (Coran 40/29).

Le châtiment

Donc, Moussa alaihisalam continua d’appeler Pharaon et son peuple à sa religion à l’aide de belles paroles. Ce qui ne les rendit que plus enracinés dans leur attitude marquée par l’orgueil. C’est alors que Moussa alaihisalaminvoqua Allah azawajalb contre eux, et ce dernier les châtia à l’aide de la disette, de la sécheresse et d’un manque de récolte, dans l’espoir de les amener à se repentir. Mais ils ne se soumirent pas. Bien au contraire, ils persistèrent dans leurs crimes et leur tyrannie. C’est pourquoi Allah azawajalb déversa sur eux toutes sortes d’épreuves dans l’espoir d’obtenir leur retour.

Allah azawajalb dit : " Nous avons alors éprouvé les gens de Pharaon par des années de disette et par une diminution de fruits afin qu’il se rappelle.  Et quand le bien-être leur vint, ils dirent : " Cela nous est dû "  et si mal les atteignait, ils voyaient en Moïse et à ceux qui étaient avec lui un mauvais augure. En vérité, leur sort dépend uniquement d'Allah ; Mais la plupart ne savent pas.  Et ils dirent : "Quel que soit le miracle que tu nous apportes pour nous fasciner, nous ne croirons pas en toi". Et Nous avons alors envoyé sur eux l'inondation, les sauterelles, les poux (ou la calandre), les grenouilles et le sang, comme signes explicites. Mais ils s'enflèrent d’orgueil et demeurèrent un peuple criminel.  Et quand le châtiment les frappa, ils s’écrièrent : " Ô Moïse, invoque pour nous ton Seigneur en vertu de l’engagement qu'Il t'a donné. Si tu éloignes de nous le châtiment, nous croirons certes en toi et laisserons partir avec toi les enfants d’Israël". Et quand Nous eûmes éloigné d’eux le châtiment  jusqu’au terme fixé qu’ils devaient atteindre, voilà qu'ils violèrent leur engagement. Alors Nous Nous vengés d'eux; Nous les avons noyés dans les flots, parce qu'ils traitaient de mensonges Nos signes et n’y prêtaient aucune attention. " (Coran 7/130-136)

L’ordre de quitter l’Égypte et le grand miracle

Devant l’ampleur de la tyrannie du Pharaon, Allah azawajalbémit un ordre qui apporta le soulagement, Il ordonna à Moussaalaihisalamde faire sortir secrètement les fils d’Israël de l’Égypte. Mis au courant, Pharaon mobilisa une grande armée, afin de rattraper Moussa alaihisalamet son peuple avant qu’ils n'atteingnent la mer rouge. Là, Allah azawajalb sauva Moussa alaihisalam et son peuple, mais laissa se noyer Pharaon ainsi que ses soldats. C’est à ce propos que le Très Haut azawajalbdit ceci : "Et Nous révélâmes à Moïse (ceci) : "Pars de nuit avec Mes serviteurs, car vous serez poursuivis". Puis, Pharaon envoya des rassembleurs (dire) dans les villes : "Ce sont, en fait, une bande peu nombreuse, mais ils nous irritent, tandis que nous sommes tous vigilants". Ainsi, Nous les fîmes donc sortir des jardins, des sources, des trésors et d’un lieu de séjour agréable. Il en fut ainsi ! Et Nous les donnâmes en héritage aux enfants d'Israël. Au lever du soleil, ils les poursuivirent. Puis, quand les deux partis se virent, les compagnons de Moïse dirent : "Nous allons être rejoints". Il dit : "Jamais, car j’ai avec moi mon Seigneur qui va me guider". Alors Nous révélâmes à Moïse : "Frappe la mer de ton bâton". Elle se fendit alors, et chaque versant fut comme une énorme montagne. Nous fîmes approcher les autres (Pharaon et son peuple). Et Nous sauvâmes Moïse et tous ceux qui étaient avec lui ; ensuite Nous noyâmes les autres. Voilà bien là un prodige, mais la plupart d'entre eux ne croient pas. Et ton Seigneur, c’est en vérité Lui le Tout Puissant, le Très Miséricordieux." (Coran 26/52-68).

C’est ainsi que Pharaon ainsi que ses soldats moururent. Sachant qu’il allait se noyer, Pharaon crut (en Allah), mais il n’en tira aucun profit.

 Allah azawajalb : " Et Nous fîmes traverser la mer aux enfants d’Israël. Pharaon et ses armées les poursuivirent avec acharnement et inimitié. Puis, quand la noyade l'eut atteint, il dit : " Je crois qu'il n'y d'autre divinité que Celui en qui ont cru les enfants d’Israël. et je suis du nombre des soumis" (Allah dit) : "Maintenant ? Alors qu'auparavant tu as désobéi et que tu as été du nombre des corrupteurs ! Nous allons aujourd’hui épargner ton corps afin que tu deviennes un signe à tes successeurs. Cependant beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à Nos signes (d'avertissement). " (Coran10/90-92).

Allah azawajalbsauva son corps, afin qu’il serve de source de méditation pour les générations postérieures. Les partisans du Pharaon furent châtiés ici-bas par la noyade dans la mer, puis dans l’au-delà par un châtiment très intense : " le Feu, auquel ils sont exposés matin et soir. "Et le jour où l’Heure arrivera (il sera dit) : "Faites entrer les gens de Pharaon au plus dur du châtiment". Et quand ils se disputeront dans le Feu, les faibles diront à ceux qui s’enflaient d’orgueil : "Nous vous avions suivis : pourriez-vous nous préserver d'une partie du feu ?" " (Coran 40/46-47).

L'ingratitude des fils d’Israël

Les fils d’Israël constatèrent les miracles de Moussa alaihisalam dont le dernier fut leur sauvetage de la noyade et de leurs ennemis. Ces miracles étaient censés assez forts pour extirper les racines de l’idolâtrie de leurs cœurs. Cependant, l’idolâtrie rebondissait en leur sein d’une période à l’autre. Moussa alaihisalam affronta des terreurs dans le cadre de son effort pour les ramener au culte d’Allah, azawajalbl’Unique. Parmi les moments terrifiants, il y a ceux-ci : Après avoir traversé la mer, ils arrivèrent chez des idolâtres et les compagnons de Moussa alaihisalam lui demandèrent de leur trouver une idole pour qu’ils puissent l’adorer. Moussa alaihisalamleur dit : "Et Nous avons fait traverser la Mer aux Enfants d'Israël. Ils passèrent auprès d'un peuple attaché à ses idoles et dirent : "Ô Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux." Il dit : "Vous êtes certes des gens ignorants. Le culte, auquel ceux-là s'adonnent, est caduc ; et tout ce qu'ils font est nul et sans valeur." Il dit : "Chercherai-je pour vous une autre divinité qu'Allah, alors que c'est Lui qui vous a préférés à toutes les créatures (de leur époque) ?" " (Coran 7/138-140).

Les fils d’Israël se dirigèrent ensuite vers la Terre sainte, éprouvèrent de la soif au cours de leur marche et s’en plaignirent auprès de Moïsealaihisalam qui implora son Maître azawajalb pour leur donner à boire. Loin de se montrer reconnaissants, ils se mirent à multiplier les demandes : "Nous les répartîmes en douze tribus, (en douze) communautés. Et Nous révélâmes à Moïsa, lorsque son peuple lui demanda de l'eau : "Frappe le rocher avec ton bâton." Et voilà qu’en jaillirent douze sources. Chaque tribu sut son abreuvoir. Nous les couvrîmes de l'ombre du nuage, et fîmes descendre sur eux la manne et les cailles : "Mangez des bonnes choses que Nous vous avons attribuées." Et ce n’est pas à Nous qu’ils ont fait du tort, mais c’est à eux-mêmes qu’ils en faisaient. " (Coran 7/160). Ils exprimèrent leur plainte en ces termes : " Et (rappelez-vous) quand vous dîtes : "Ô Moïse, nous ne pouvons plus tolérer une seule nourriture. Prie donc ton Seigneur pour qu’Il nous fasse sortir de la terre ce qu’elle fait pousser, de ses légumes, ses concombres, son ail (ou blé), ses lentilles et ses oignons !" - Il vous répondit : "voulez-vous échanger le meilleur pour le moins bon ? Descendez donc à n'importe quelle ville ; vous y trouverez certainement ce que vous demandez !". L’avilissement et la misère s’abattirent sur eux ; ils encoururent la colère d’Allah. Cela est parce qu’ils reniaient les révélations d’Allah, et qu’ils tuaient sans droit les prophètes. Cela parce qu’ils désobéissaient et transgressaient." (Coran 2/61).

Moïse alaihisalamet les siens continuèrent leur voyage. Arrivés à proximité de Jérusalem (AI-Qouds), les Enfants d'Israël apprirent que la Terre sainte était habitée par des peuples hostiles et despotes, notamment les Héthéens, les Cananéens et les Phlégréens. Moïse alaihisalamleur ordonna d'y entrer et de les combattre, afin de les en chasser, car Ie Seigneur leur a promis cette terre, par la parole d'Abrahamalaihisalam son ami intime, et de Moïsealaihisalam, son interlocuteur. Mais les Enfants d'Israël refusèrent et désobéirent à leur Messager.

Allah azawajalb dit : "Ô mon peuple ! Entrez dans la Terre sainte qu'Allah vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas (en refusant de combattre) car vous retourneriez perdants. Ils dirent : "Ô Moïse, il y a là un peuple de géants. Jamais nous n'y entrerons jusqu'à ce qu'ils en sortent. S'ils en sortent, alors nous y entrerons." Deux hommes d'entre eux qui craignaient Allah et qui étaient comblés par Lui de bienfaits dirent : "Entrez chez eux par la porte ; puis quand vous y serez entrés, vous serez sans doute les dominants. Et c'est en Allah qu'il faut avoir confiance, si vous êtes croyants". Ils dirent : "Ô Moïse ! Nous n'y entrerons jamais, aussi longtemps qu'ils y seront. Va donc, toi et ton Seigneur, et combattez tous deux. Nous restons là où nous sommes." (Coran 5/21-24)

C'est ainsi qu'ils furent punis, pour leur refus d'obéir à leur Messager, par une errance de quarante années continue dans Ie désert.

Allah azawajalb dit : " II (Allah) dit : "Eh bien, ce pays leur sera interdit pendant quarante ans, durant lesquels ils erreront sur la Terre. Ne te tourmente donc pas pour ce peuple pervers"."  (Coran 5/26).

Le livre révélé à Moussa alaihisalam : La Thora

Allah azawajalbavait promis à Moussa alaihisalamde lui révéler un livre contenant des prescriptions et des proscriptions destinées aux fils d’Israël. Après la mort du Pharaon, Moussa alaihisalamdemanda à Allah azawajalbde lui remettre ce livre. Allah azawajalb lui donna l’ordre de jeûner quarante jours.

Allah azawajalb dit : " Et Nous donnames à Moïse rendez-vous pendant trente nuits, et Nous complétâmes par dix, de sorte que le temps fixé par son Seigneur se termina au bout de quarante nuits. Et Moïse dit à son frère, (Aaron) : " Remplace-moi auprès de mon peuple, et agis en bien, et ne suis pas le sentier des corruptieur. » Et lorsque Moïse vint à Notre rendez-vous et que son Seigneur lui eût parlé, il dit : " Ô mon Seigneur, montre Toi à moi pour que je puisse Te voir. " Il dit : " Tu ne Me verras pas, mais regarde le Mont : s'il tient en sa place, alors tu Me verras." Mais lorsque son Seigneur manifesta au Mont, Il le pulvérisa, et Moïse s’effondra, foudroyé. Lorsqu’il se fut remis, il dit : "Gloire à Toi ! À Toi je me repens; et je suis le premier des croyants." Et Allah dit : "Ô Moïse, Je t’ai préféré à tous les hommes par Mes messages et Ma paroles. Prends donc ce que Je te donne et sois du nombre des reconnaissants. " (Coran 7/142-144)

Ce faisant, il se fit remplacer auprès de son peuple par son frère Aaron alaihisalam. Et puis Allah azawajalblui révéla la Thora près du Mont Tûr. Ce livre contient des sermons et traite de tout. Rentré auprès de son peuple, Moïse alaihisalamdécouvrit qu’ils adoraient un veau fabriqué à partir de bijoux en or des gens qu'ils avaient fondu et façonné un veau d’or. Sâmiri, l'initiateur de l'idée, leur avait dit : "... C'est votre divinité et la divinité de Moïse ; il a donc oublié".

Allah azawajalb dit : " Puis il en a fait sortir pour eux un veau, un corps à mugissement. Et ils ont dit : "C'est votre divinité et la divinité de Moïse ; il a donc oublié ! " Quoi ! Ne voyaient-ils pas qu’il (le veau) ne leur rendait aucune parole et qu’il ne possédait aucun moyen de leur nuire ou de leur faire du bien ? Certes, Aaron leur avait bien dit auparavant : "Ô mon peuple, vous êtes tombés dans la tentation (à cause du veau). Or, c'est le Tout Miséricordieux qui est vraiment votre Seigneur. Suivez-moi donc et obéissez à mon commandement". " (Coran 20/88-90).

Ceci suscita la colère de Moïse , alaihisalamson peuple, qui avait été témoin du pouvoir et de la grandeur d'Allah azawajalb, se rebellait  et ne ressentait aucune craindre la colère d'Allah azawajalb. Il les blâma, leur expliqua la vérité, brûla le veau et infligea a Sâmiri qui fut bani. Les fils d’Israël regrettèrent d’avoir adoré le veau.

Allah azawajalb dit ; " Et (rappelez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple : " Ô mon peuple, vous vous êtes fait du tort à vous-mêmes en prenant le Veau pour idole. Revenez donc à votre Créateur; puis tuez donc les coupables vous-même ; ce sera mieux pour vous, auprès de votre Créateur!". C'est ainsi qu'Il agréa votre repentir ; car c’est Lui, certes, l'Accueuillant au repentir, le Miséricordieux ! " (Coran 2/54)

Par la suite, Moussa alaihisalamchoisit parmi eux soixante-dix hommes et se rendit en leur compagnie au mont Tûr, afin qu’ils y obéissent à Allah azawajalbet expriment leur regret de ce qu’ils avaient fait. Alors que Moïse alaihisalams’entretenait avec Allah azawajalb, certains des compagnons de ce dernier ne crurent pas que c’est Allah azawajalbqui s'entretenait avec Moussa alaihisalam. Par conséquent, ils lui désobéirent et lui dirent : montre-nous Allah ouvertement : " Et (rappelez-vous) lorsque vous dites : "Ô Moïse, nous ne te croirons qu'après avoir vu Allah clairement" !... Alors la foudre vous saisit tandis que vous regardiez. Puis Nous vous ressuscitâmes après votre mort afin que vous soyez reconnaissants." (Coran 2/55-56). Les soixante-dix hommes furent frappés d’un éclair et tombèrent raides morts. Moïse alaihisalamimplora Allah azawajalb, pour les ressusciter.

Les fils d’Israël désobéissaient à Moussa alaihisalam.

Quand Moïsealaihisalamretourna auprès de son peuple porteur de la Thora. Allah azawajalb dit : "(Et rappelez-vous) quand Nous avons contracté un engagement avec vous et brandi au-dessus de vous le Mont : "Tenez ferme ce que Nous vous avons donné et souvenez-vous de ce qui s’y trouve afin que vous soyez pieux !" Puis vous vous en détournâtes après vos engagements, n'eût été donc la grâce d'Allah et Sa miséricorde, vous seriez certes parmi les perdants." (Coran 2/63-64). Et puis Moïse alaihisalam donna aux fils d’Israël l’ordre de l’accompagner en terre sainte. Ils le suivirent puis éprouvèrent de la crainte à cause des redoutables habitants de ce pays. Ce qui les conduisit à désobéir encore à Moussa et à se révolter contre lui : "Ils dirent : "Moïse ! Nous n’y entrerons jamais, aussi longtemps qu’ils y seront. Va donc, toi et ton Seigneur, et combattez tous deux. Nous restons là où nous sommes". " (Coran 5/24). Moussa alaihisalaminvoqua Allah azawajalb contre eux et Allah azawajalb exauça sa prière et l’informa que l’accès de la Terre sainte leur était interdit et qu’ils erreraient durant quarante ans et qu’ils n’avaient à s’attrister pour leur sort : "Il dit : "Seigneur  ! Je n’ai de pouvoir, vraiment, que sur moi-même et sur mon frère : sépare-nous donc de ce peuple pervers". Il (Allah) dit : "Eh bien, ce pays leur sera interdit pendant quarante ans, durant lesquels ils erreront sur la terre. Ne te tourmente donc pas pour ce peuple pervers"." (Coran 5/25-26).

Allahazawajalb avait procuré aux fils d’Israël de nombreux bienfaits. Il les avait sauvés du Pharaon, leur avait procuré de bonnes subsistances, désigné des prophètes et des rois en leur sein et les avait préférés à tous les humains. Mais ils étaient restés ingrats devant ces bienfaits et ne s’étaient jamais montrés reconnaissants : " (Souvenez-vous) Lorsque Moïse dit à son peuple : "Ô mon peuple  ! Rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous, lorsqu'Il a désigné parmi vous des prophètes. Et Il a fait de vous des rois. Et Il vous a donné ce qu’Il n’avait donné à nul autre aux mondes." (Coran 5/20).

decor arabesque bas

Wa Allâhou A’lam
Allah est le plus savant

Le savoir parfait appartient à Allahazawajalb, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed saws vert, ainsi que sur sa Famille, et qu’Allah azawajalb soit satisfait de ses successeurs (califes) bien dirigés : Abou Bakr, 'Omar, 'Othman et Ali et les autres compagnons radi allahu anhumet ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoSi j'ai écrit quelque chose qui contredit ce qu'Allah azawajalbdit, ou ce que le Prophète Mohammed saws a dit, fait ou toléré, ou un principe établi par consensus, il s'agit d'une erreur de ma part et l'influence du diable, cela est à délaisser. Seul le Prophète Mohammedsaws est infaillible dans ce qu'il a dit ou a fait. Seul Allah azawajalb est Parfait.

Je demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du Prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

Arabesque
arabesque centrale
Arabesque

© Copyright 2023 - L'Islam.com - La religion Véridique
Louange à Allah pour nous avoir permis de créer ce site. Qu'Allah nous protège et tous ceux qui visitent ce site

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytique
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner