decorarabesqueD2decorarabesqueG2

 La prière

La prière est le principal pilier obligatoire pour tout(e) Musulman(e) sain(e) d’esprit et ayant atteint l’âge de la puberté. Ceci est confirmé par ce hadith rapporté par 'Aïcha radi allahu anha1 : “La prière ne s’impose pas à trois catégories de personnes : celui qui dort jusqu’au moment de son réveil ; l’enfant tant qu’il n’a pas atteint sa puberté ; le fou jusqu’à ce qu’il recouvre la raison”. Le nombre de prières légales dans la journée est de cinq. À un homme qui demanda au Prophète saws ce qu'Allah azawajalb ordonna d’accomplir en matière de prière, il répondit : “Cinq prières à moins que tu ne veuilles en faire d’autres volontairement” (prière surérogatoire). En une autre occasion, le Prophète saws a dit : “Allah a prescrit cinq prières à Ses serviteurs. Celui qui ne s’en acquitte pas, ne peut espérer bénéficier de la promesse d'Allah. Celui-ci peut le châtier s’Il le veut, comme Il peut lui pardonner s’Il le veut”. La prière ne fut prescrite que la nuit de l'ascension.

Allahsaws dit : "Ô les croyants ! Lorsque vous vous levez pour la Salât, lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes ; passez les mains mouillées sur vos têtes ; et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles. Et si vous êtes pollués "junub" , alors purifiez-vous (par un bain) ; mais si vous êtes malades, ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et vos mains. Allah ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants. (Coran 5/6)

Allah azawajalb a ordonné l'accomplissement de cinq prières (comptabilisées 50) et Il en a fait la meilleure des œuvres après la croyance en Allah azawajalb et en Son messager saws. Il a fait que pour chacune de ces obligations il y ait un temps connu pour son commencement et sa fin. Il a rendu obligatoire pour nous de les accomplir dans leurs temps. Ainsi, celui qui les accomplit parfaitement aura une grande récompense qu'Allah azawajalb lui a promise.

Le prophète sawsa dit : "Le temps de dhouhr commence lorsque le soleil décline, et se prolonge jusqu'à ce que l'ombre d'un homme soit égale à sa taille (début de al 'asr). Le temps de Asr s'étale jusqu'au jaunissement du soleil. Le temps du Maghreb se prolonge jusqu'à la disparition du crépuscule. Le temps de Isha se prolonge jusqu'à la moitié de la nuit. Le temps de Soubh se situe entre le lever de l'aube et celui du soleil." (Rapporté par Mouslim)

Soubh : commence après le temps de Isha, c'est-à-dire avec l'apparition de l'aube véritable et prend fin avec l'apparition du disque solaire.

Dhouhr : commence quand le soleil s'écarte du zénith, autrement dit lorsqu'il décline du milieu du ciel vers l'ouest. Il prend fin quand l'ombre d'un objet quelconque atteint la longueur de l’objet lui-même en plus de l'ombre qu'il avait quand le soleil était à son zénith. Ainsi quand la nouvelle ombre a atteint, après avoir retranché l’ombre du zénith, une longueur égale à celle de l’objet, le temps de dhouhr est terminé et le temps de `Asr commence.

Asr : de la fin du temps de Dhouhr jusqu'au coucher du soleil.

Maghreb : il commence avec le coucher du soleil et prend fin avec la disparition de la lueur rouge (crépuscule). La lueur rouge est la rougeur visible du côté du couchant après le coucher du soleil.

Isha : commence après le temps de Maghreb et dure jusqu'à l'apparition de l'aube véritable. L'aube véritable est une blancheur transversale, apparaissant à l'horizon est, qui commence fine puis qui se propage et s'élargit.

Le Prophètesaws a dit : "Entre l’homme et la mécréance et le polythéisme, il y a l’abandon de la prière". (Rapporté par Mouslim)

L'origine des horaires

Djibril alaihisalam était venu en effet au Prophètesawsau lendemain de la nuit de l'Ascension, et il a commencé à accomplir la prière de dhouhr. Il était arrivé auprès du Messager d'Allahsawslorsque le soleil avait décliné du milieu du ciel et avait dit : "Ô Messager d'Allah, Ô Mohammed, lève-toi et fais la prière de dhouhr ». Djibril alaihisalam le dirigea donc dans la prière et il accomplit avec lui dhouhr.

Ensuite, Djibril alaihisalam était venu auprès de lui lorsque l’ombre d’un objet avait atteint la longueur de l’objet en plus de l'ombre qu'il avait lorsque le soleil était au milieu du ciel, ce qu’on appelle l'ombre au zénith. Lorsque l'ombre d'un objet devient égale à la longueur de l’objet en plus de son ombre au zénith, cela indique la fin du temps de dhouhr et le début du temps de al-asr. C’est à ce moment que Djibril alaihisalam au premier jour est venu auprès de lui et a accompli en le dirigeant, c'est-à-dire en tant qu’imam, la prière de Al-Asr.

Ensuite, Djibril alaihisalam était venu auprès de lui lorsque le soleil s’était couché et lui avait dit : "Ô Mohammed, lève-toi et accomplis maghreb". Il accomplit donc avec lui maghreb en tant qu’imam quand le soleil s’était couché. Puis, il était venu auprès de lui quand la lueur rouge avait disparu : c’était le début du temps de Isha’. Il lui avait dit : "Ô Mohammed, lève-toi et accomplis la prière d'El-Isha’ ". Il s’était levé et avait accompli la prière de al-icha’ en suivant Djibril alaihisalam.

Ensuite, Djibril alaihisalam revint à lui lorsque l’aube se fut levée, à savoir cette lueur blanche horizontale à l'horizon. Cette blancheur qui apparaît transversalement à l’horizon est celle qui indique le début du temps de Soubh. Elle indique également le début de l’abstention de nourriture ou de boisson pour celui qui fait le jeûne. Il s’est levé et Djibril alaihisalamle dirigea dans la prière.

Celui donc qui n’a pas appris ces temps est désobéissant. Les parents se chargent d’un péché s’ils n’ont pas enseigné à leurs enfants les horaires de prières ou s’ils n’ont mandaté personne qui puisse les leur enseigner. La voilà la bonne éducation. Car la bonne éducation n’est pas de bercer les enfants dans le luxe, la nourriture, les boissons, les habits ou ce qui est de cet ordre.

Lors du Jugement dernier, il sera d’abord demandé à l’Homme des comptes sur ce culte d'Allah azawajalb. À ce sujet, le Prophète saws a dit : “La première chose sur laquelle le serviteur d'Allah sera interrogé, c’est la prière. Si elle a été accomplie correctement et convenablement, toutes les autres œuvres auront été correctes et convenables. Si, par contre, elle a été revêtue d’impuretés, toutes les autres œuvres auront été défectueuses”. Elle a été la dernière recommandation que le Prophète saws a adressée aux croyants avant de quitter le monde présent pour rejoindre Le Seigneur azawajalb. Dans un dernier souffle, il clama à faible voix : “La prière ! La prière !” C’est dire que celui qui renonce à s’y conformer, c’est comme s’il avait perdu le bénéfice obtenu à la suite de la réalisation de toutes les prescriptions inhérentes à la religion. Dans le Coran, Allah azawajalb l’érige en noyau auquel Il rattache tantôt le dhikr, tantôt la zakât ou aumône légale, une autre fois la patience et les œuvres pie.

Allah azawajalb dit : “... En vérité, la Salât préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d'Allah est certes ce qu'il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites.” (Coran, 29/45)

Allah azawajalb dit : “Certes, c'est Moi Allah : point de divinité que Moi. Adore-Moi donc et accomplis la Salât pour te souvenir de Moi.” (Coran, 20/14)

Allah azawajalb dit : “Et accomplissez la Salât et acquittez la Zakât. ...” (Coran 2/110)

Allah azawajalb dit : “Et cherchez secours dans l'endurance et la Salât : certes, la Salât est une lourde obligation, sauf pour les humbles.” (Coran 2/45)

Allah azawajalb dit : “Accomplis la Salât pour ton Seigneur et sacrifie.” (Coran 108/2)

Allah azawajalb dit : “Dis : ”En vérité, ma Salât, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers. A lui nul associé ! Et voilà ce qu'il m’a été ordonné, et je suis le premier à me soumettre.. (Coran 6/162-163)

Allah azawajalb dit : “Bienheureux sont certes les croyants ceux qui sont humbles dans leur Salât,", "... et qui observent strictement leur Salât. Ce sont eux les héritiers, qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement.” (Coran 23/1-2 ; 9-11).

Allah azawajalb dit : “Soyez assidus aux Salât et surtout la Salât médiane ; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité. Mais si vous craignez (un grand danger), alors priez en marchant ou sur vos montures. ...” (Coran 2/238-239)

Allah azawajalb dit : “Et lorsque tu (Muhammad) te trouves parmi eux, et que tu les diriges dans la Salât, qu’un groupe d’entre eux se mette debout en ta compagnie, en gardant leurs armes. Puis lorsqu’ils ont terminé la prosternation, qu'ils passent derrière vous et que vienne l'autre groupe, ceux qui n'ont pas encore célébré la Salât. A ceux-ci alors d'accomplir la Salât avec toi, prenant leurs précautions et leurs armes. Les mécréants aimeraient vous voir négliger vos armes et vos bagages, afin de tomber sur vous en une seule masse. Vous ne commettez aucun péché si, incommodés par la pluie ou malades, vous déposez vos armes ; cependant prenez garde. Certes, Allah a préparé pour les mécréants un châtiment avilissant.” (Coran 4/102).

Allahazawajalb est sévère à l’égard de ceux qui dénient l’obligation de la prière ou, admettant son opportunité en négligent néanmoins son accomplissement. Il menace même ceux qui ne s’y conforment pas.

Allahazawajalb dit : “Malheur donc, à ceux qui prient tout en négligent (et retardant) leur salât, qui sont pleins d'ostentation, et refusent l'ustensile (à celui qui en a besoin).” (Coran 107/4-7)

Celui qui réfléchit profondément sur les textes du Coran et de la Sunna découvre qu’ils indiquent que celui qui abandonne la prière tombe dans l’infidélité et s’exclut de la religion.

Allahazawajalb dit : "Mais s'ils se repentent, accomplissent la Salât et acquittent la Zakât, ils deviendront vos frères en religion. Nous exposons intelligiblement les versets pour des gens qui savent." (Coran, 9/11).

Le Prophète saws a dit : "Il suffit à l’homme d’abandonner la prière pour tomber dans le polythéisme et la mécréance" (Rapporté par Mouslim)

Un hadith rapporté par Abou Hatim d’après Oubada Ibn Samit radi allahu anhu qui a dit : "Le Messager d’Allah nous disait ceci en guise de recommandation : n’associez rien à Allah, n’abandonnez pas la prière. Quiconque l’abandonne délibérément s’exclut de l’Islam".

La prière constitue l'un des piliers important de l’Islam. Par conséquent, quand celui qui l’abandonne est taxé de mécréant, cela implique qu’il s’agit bien d’une impiété qui exclut son auteur de l’Islam, car elle revient à détruire un des piliers de l’Islam, contrairement à l’impiété générale dont on qualifie celui qui commet n’importe quel acte de mécréance.

Le Prophète saws a dit : "Quand tu veux accomplir la prière, procèdes à des ablutions complètes puis oriente-toi vers la Qibla puis prononce la formule marquant l’entrée en prière : Allahou akbar. Puis récite du Coran ce que tu es en mesure d’en réciter. Puis procède à une génuflexion posée puis redresse-toi debout puis prosterne-toi tranquillement puis relève-toi de manière à te mettre assise, puis poursuis le reste des gestes de ta prière de la même façon. (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Le Prophète saws a dit : "Si quelqu'un observe une prière dans laquelle il ne récite pas Oum al-Qur'an (La fatiha), Elle est déficiente (il a dit cela trois fois) et non complète. Il a été dit à Abou Hourayra : Parfois, nous sommes derrière l'Imam. Il a dit : Récite-la intérieurement, car il avait entendu le Messager d'Allah saws déclarer qu'Allah azawajalb avait dit : J'ai divisé la prière en deux moitiés entre Moi et Mon serviteur, et Mon serviteur recevra ce qu'il demande. Lorsque le serviteur dit : Louange à Allah, le Seigneur de l'univers, Allah azawajalb dit : Mon serviteur m'a loué. Et quand il (le serviteur) dit : Le plus compatissant, le plus miséricordieux, Allah azawajalb dit : Mon serviteur m'a loué. Et quand il (le serviteur) dit : Maître du Jour du Jugement, Il (Allah azawajalb) dit : Mon serviteur m'a glorifié. Et parfois Il dit : Mon serviteur m'a confié (ses affaires). Et quand il (l'adorateur) dit : C'est Toi que nous adorons et c'est à Toi que nous demandons de l'aide, Il (Allah azawajalb) dit : Ceci est entre Moi et Mon serviteur, et Mon serviteur recevra ce qu'il demande. Puis, quand il (l'adorateur) dit : Guide-nous vers le droit chemin, le chemin de ceux à qui Tu as fait miséricorde, pas de ceux qui ont encouru Ton mécontentement, ni de ceux qui se sont égarés, Il (Allah azawajalb) dit : Ceci est pour Mon serviteur et Mon serviteur recevra ce qu'il demande". Soufyan a dit : 'Ala b. 'Abd al-Rahman b. Ya'qub me l'a raconté lorsque je suis allé le voir et qu'il était confiné chez lui pour cause de maladie, et je l'ai interrogé à ce sujet. (Rapporté par Mouslim et autres)

La prière relève de questions qui ont besoin d’une guidance particulière. Ce n’est pas sans raison qu’Ibrahim alaihisalam implora son Seigneur de sorte qu’il soit à même, lui et sa descendance, de s’acquitter de cette pratique cultuelle dans les meilleures conditions spirituelles.

Le Prophète saws a dit : " Ordonnez à vos enfants d’accomplir la prière à l’âge de sept ans, et corrigez- les à l’âge de dix ans (s’ils refusent de l’accomplir) et séparez-les dans les couches." (Rapporté par Abou Dawoud)

On doit ordonner aux fils et aux filles d’accomplir la prière à l’âge de sept ans et les corriger à l’âge de dix ans, celui qui atteint l’âge de la puberté mérite encore plus d’être corrigé s’il la néglige, sans cesser de le conseiller, de l’inciter à la vérité et de patienter dans cette voie.

Les actes qui l'annule

Actes qui annulent vos prières

Nombreux sont des croyants qui s'appliquent fidèlement à l'accomplissement de la prière, cependant, beaucoup d'entre eux ignorent encore les conditions et/ou les actes annulatifs de cette prière. Les actes absolument à éviter au risque de rendre leurs prières vaines, ces actes sont essentiellement au nombre de huit :

1.  Parler volontairement et consciemment, en sachant que ceci annule la prière. Quant à celui qui a oublié ou est ignorant, sa prière n’est pas annulée.
2.  Rire.
3.  Manger.
4.  Boire.
5.  Découvrir les parties intimes.
6.  Dévier de façon importante de la direction de la Qibla.
7.  Multiplier les gestes inutiles de façon successive durant la prière.
8.  Perdre ses ablutions.
9.  Prier dans un lieu où il y a une tombe.

Ainsi que le fait de passer entre le prieur et sa soutra (protection), si celui qui passe est une femme pubère, un âne ou un chien noir cela, rompt la prière et l’annule.

Et si celui qui passe est autre que ces trois-ci, cela ne rompt pas la prière, mais diminue sa récompense, comme l’indique d’après Aboû Dharrradi allahu anhu le Prophète saws a dit : " La femme, l’âne et le chien noir coupent la prière de l’homme lorsqu’ils passent à une distance inférieure à la croupe d’une monture." (Rapporté par Mouslim)

Sauf exception au masdjid el-haram et les mosquées quand celle-ci sont bondées de monde et que l'on ne peut pas faire autrement.

Il est obligatoire pour la femme de cacher l’ensemble de son corps pendant la prière, à l’exception du visage et des mains, car tout le reste de son corps est considéré comme intimité. Ainsi, si elle prie et qu’apparaît une partie de son intimité, telle que les jambes, les pieds, la tête ou une partie seulement, sa prière n’est pas valide, conformément à la parole du prophète saws : " Allah n’accepte pas la prière d’une femme pubère sans voile". (Rapporté par Ahmed et autres)

Rattraper les prières manquées

La prière n'est valide que dans son temps légal, jamais avant son heure, ni après,sauf si on a une excuse valable. Quant la personne qui a retarder l’accomplissement de la prière pour cause excusable, comme le sommeil ou l’oubli, il doit l'accomplir dès qu'il se rend compte. conformément au hadith.

D’après Anas radi allahu anhu: Le Prophète saws a dit : " Celui qui oublie une prière la priera quand il s’en souviendra. Il n’y a pas d’expiation si ce n’est cela." (Rapporté par Mouslim et Boukhari).

Le Prophète saws dit : " Celui qui oublie une prière ou dort avant son accomplissement, son expiation sera de l’accomplir quand il s’en souvient. " (Rapporté par Mouslim).

D’après Abou Hourayra radi allahu anhu : Le Prophète saws a dit : " Celui qui rattrape une unité du Soubh avant que se lève le soleil aura rattrapé le Soubh. Et celui qui rattrape une unité du ʿAsr avant que le soleil se couche aura rattrapé le ʿAsr." (Rapporté par Mouslim et Boukhari)

Si quelqu’un a oublié la prière " Dhouhr " en groupe par exemple et s’en rappelle au moment où on fait l’appel à la prière du " 'Asr "; ce qui est légiféré est de prier avec le groupe la prière en cours avec l’intention d’accomplir le " Dhouhr ", puis de prier ensuite le " 'Asr ", si la personne fait sa prière seul, c'est la même chose. Si l’on craint de manquer la prière en cours, l’ordre tombe, sa signification est que si le temps est très limité et permet à peine de prier la prière en cours, alors il peut commencer par celle du moment, puis rattraper ensuite celle qu’il a manqué précédemment et de refaire la prière par laquelle on a commencé.

Ainsi, si on se souvient avoir oublié le Douhr après avoir prié le Asr, il sera recommandé de refaire le ʿAsr après avoir prié le Douhr. Par contre, si on prie le 'Asr avant le Dhouhr en connaissance de cause, la prière est invalide et on doit la recommencera obligatoirement.

Le musulman qui a une foi complète ne néglige pas le rattrapage des prières qui sont à sa charge. Il se dépêche de les rattraper et ne néglige pas le rattrapage pour se préoccuper des affaires d'argent, des enfants, de commerce ou de de ce qui est du même genre.

Par contre, si la durée est supérieure à trois jours, il n’y a pas de compensation, comme l’indique 'Ali radi allahu anhu qui rapporte la parole du Prophète saws : " La plume est levée pour trois personnes : celui qui dort jusqu’à ce qu’il se réveille, l’enfant jusqu’à sa puberté et le possédé jusqu’à ce qu’il retrouve la raison." (Rapporté par Tirmithi, Abou Dawoud, et autre)

La femme n'accomplit pas la prière pendant ses périodes de menstrues ou avec la peésence de sang des lochies et elle n'a pas a rattraper les prières qu'elle n'a pas accomplies au cours de la périodes. Mais, Il lui est un devoir de rattraper les jours de jeûne de Ramaḍān qu'elle aurait ratés durant la période du sang des menstrues ou des lochies.

Regrouper les prières / les raccourcir

Le principe est que la Prière est une obligation dont le temps légal est déterminé. Allahazawajalb dit : " ... car la Salât demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés. " (Coran 4/103)

Regrouper les prières :

Tout individu éprouvant des difficultés à accomplir chaque prière en son temps peut regrouper les prières, ainsi que le voyageur. Si jamais il y a un empêchement rendant impossible l’accomplissement de chaque prière en son temps, il est permis de regrouper les prières, à condition de ne pas en faire une habitude et que la raison soit valable.

'Abdullah ibn Chaqiq a dit : "Ibn 'Abbas nous fit un jour un sermon après la prière de al-'asr jusqu'à que le soleil se couche et qu'apparaissent les étoiles... les gens ont commencé à dire : "la prière, la prière". Un homme se leva alors et dit : "La prière, la prière" ! Ibn 'Abbas dit alors : "Est-ce que tu vas m'apprendre la sunna ? J'ai vu le Prophète saws rassembler Dhohr avec asr, et Maghreb avec 'Icha". J'ai alors eu un doute et je suis parti me renseigner auprès de abou Hourayra qui me dit confirma ses propos". (Rapporté par Mouslim)

Il est important de savoir que l’on ne peut pas combiner n’importe quelles prières ; les seules qui peuvent l’être sont : la prière de dhohr avec la prière de ‘Asr, à l’heure de la première ou de la seconde, la prière de Maghreb avec la prière de ‘Ichâ, à l’heure de la première (avancer la prière, djam’ taqdîm) ou de la seconde (reculer la prière, djam’ ta’khîr).

De même, le regroupement est permis en cas de pluie et de boue ou de neige, lorsque cela pose des difficultés aux gens, pour la prière en groupe.

Pour avancer la prière/djam’ taqdîm,

il est nécessaire d’avoir l’intention de combiner les deux prières au moment d’initier la première d’entre elles.

Les deux prières ne doivent pas être espacées.

Le facteur qui autorise la combinaison des prières doit être encore présent jusqu’à la fin de l’accomplissement de la seconde d’entre elles.

Pour reculer la prière/djam’ ta’khîr,

il faut déjà avoir l’intention de combiner les prières au cours de l’heure de la première d’entre elles (c'est-à-dire à l’heure de dhohr ou de maghreb) .

Le facteur qui autorise la combinaison doit être présent jusqu’au début de l’heure de la seconde prière.

On accomplit le regroupement des prières avec un seul athan et deux iquamas.

Raccourcir les prières :

Raccourcir les prières de 4 raka'as à deux seulement. La prière du coucher du soleil comportant 3 raka'as reste telle quelle. Ce raccourcissement commence dès que le voyageur quitte sa résidence jusqu'au retour. Néanmoins, s'il compte séjourner plus de quatre jours dans la ville où il se rend, en y arrivant, il reprend sa prière normale. (Il existe d'autres avis). Au retour, il la raccourcit de nouveau jusqu'à son arrivée chez lui.

Allah azawajalb dit : "Et quand vous parcourez la terre, ce n'est pas un péché pour vous de raccourcir la Salât, ..." (Coran 4/101)

Anas radi allahu anhu rapporte ce qui suit : " Nous sommes partis, dit-il, de Médine à La Mecque en compagnie du Prophète saws. Ce dernier a abrégé les prières de quatre raka’at et a accompli 2 raka'as pour chacune d'elles, jusqu'à notre retour à Médine."

En quittant sa résidence, le voyageur invoque Allah azawajalb en ces termes : Au nom d'Allah et grâce à Lui, j'entreprendrai ce voyage. Il n'y a de puissance et de force que par Lui ! Allah ! Protège-moi d'être égaré ou d'égarer les autres, d'être en erreur ou d'y induire les autres, d'être insolent ou que les autres le soient envers moi.

En voyage, il est permis d'accomplir la prière volontaire et non obligatoire de surcroît sur sa monture (moyen de locomotion), quelle que soit la direction où elle se trouve. Le Prophète saws, dit Ibn Omar radi allahu anhu, faisait ses prières surérogatoires sur sa chamelle, sans se soucier de la direction qu'elle prend. (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Le raccourcissement de la prière par un voyageur est une sunna fortement recommandée. Il ne convient pas de s'en passer, car le Prophètesaws le pratiquait systématiquement au cours de tous ses voyages, sauf si on fait la prier derrière un imam résident, on complète la prière en suivant l'imam. Quant au rassemblement des prières, le voyageur a le choix entre sa pratique et son abandon, comme il peut le faire tantôt et de s'en abstenir tantôt, la pratique étant permise avec une excuse valable, mais non recommandée.

Par ailleurs, il est conseillé au prieur, après chaque prière obligatoire, de réciter "Âyatou (verset) Kursi" (Verset n°255 de la sourate El Bakara) après les formules de rappel ("dhikr") habituelles, puis de réciter les sourates "Al-Ikhlâs" (Sourates n° 112), "Al-Falaq" (Sourates n° 113) et "An-Nâs" (Sourates n° 114) une fois chacune, sauf après les prières du Maghreb et du Fajr et avant le coucher, après lesquelles on les récite trois fois chacune.

Cheikh ibn baz Rahimouhou Allah à dit : Rester assis après le salut des prières obligatoires fait partie des plus grands moments où la miséricorde d'Allah azawajalb descend "Ne vous empressez donc pas" .

Faite de l'istighfar (demande de pardons), dites soubhana Allah, Al hamdoulilah, la ilaha ila Allah, Allahou akbar.

Celui qui veut qu'Allah azawajalb lui pardonne les péchés, qu'il profite de rester à l'endroit où il a prié après la salât, afin que les anges multiplient les invocations en sa faveur ainsi que la demande de pardon pour lui.

"Accomplis la prière du lever du soleil jusqu'à la tombée de la nuit et récite le Coran à l'aube"

Wa Allâhou A’lam
Allah azawajalb est le plus savant

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du Prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

Que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Ton serviteur et Messager, notre Prophète Mohammed saws, qu’Allah azawajal vertsoit satisfait de ses successeurs (califes) bien dirigés, les imams bien guidés : Abou Bakr, 'Omar, 'Othman et Ali et tous les autres compagnons radi allahu anhum et ceux qui les ont succédé et ceux qui ont succédé à ceux-là sur le même chemin jusqu’au jour de la résurrection.

© Copyright 2022 - L'Islam.com - La religion Véridique
Louange à Allah pour nous avoir permis de créer ce site. Qu'Allah nous protège et tous ceux qui nous suivent